February 6, 2008 / 3:28 PM / 11 years ago

Deux interpellations dans une enquête liée à l'ETA

BORDEAUX (Reuters) - Jacques Morio, militant occitaniste, et Jean-Noël Etcheverry, responsable de la Fondation Manu Robles-Arangiz, ont été interpellés à Pau et Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) dans le cadre d’une enquête sur l’aide à l’hébergement de membres présumés de l’ETA, a-t-on appris de source proche de l’enquête.

DEUX ARRESTATIONS DANS UNE ENQUÊTE LIÉE À L'ETA DANS LES PYRÉNÉES-ATLANTIQUES

Les policiers de Pau et de Bayonne ont agi en début de matinée au domicile des deux interpellés sur commission rogatoire des juges antiterroristes parisiens Laurence Le Vert et Marie-Antoinette Houyvet.

Jacques Morio, militant de l’association Anaram Au Patac, mouvement de la gauche occitane créé à Pau en 1992, et membre de Radio Pais qui émet sur la zone Béarn-Chalosse-Bigorre-Armagnac, a été interpellé sans incident et conduit en début d’après-midi au commissariat de Bayonne.

Jean-Noël Etcheverry, responsable à Bayonne de la Fondation Manu Robles-Arangiz qui intervient dans les domaines social et culturel au Pays basque, ancien porte-parole du mouvement de la gauche nationaliste basque Abertzaleen Batasuna (AB), a également été placé en garde à vue.

De source proche de l’enquête, on indique que les deux interpellations concernent des investigations sur les réseaux d’hébergement de membres présumés de l’ETA, et sont dans la continuité de l’arrestation en novembre 2004 d’un autre militant d’Anaram Au Patac, Robert Arricau, remis en liberté en juin 2006.

Robert Arricau est le frère du propriétaire de la maison de Salies-de-Béarn (Pyrénées-Atlantiques) où Mikel Albizu Iriarte, dit “Mikel Antza”, alors chef de l’appareil politique de l’organisation séparatiste basque espagnole ETA, et sa compagne Soledad Iparraguire Genechea, alias “Anboto” avaient été arrêtés en octobre 2004.

Cette affaire avait conduit notamment le chanteur basque Peio Serbielle a effectuer 16 mois de détention provisoire et Jean-François Lefort, porte-parole à l’époque du comité de soutien aux prisonniers basques Askatasuna, à être incarcéré durant environ un an.

Dans un communiqué, Anaram Au Patac a dénoncé l’arrestation de Jacques Morio et appelé “à un rassemblement de solidarité” jeudi soir devant le tribunal de Pau.

Pour sa part, Askatasuna a exprimé “son soutien et sa solidarité à Jacou, à sa famille et à Anaram au Patac” et s’est indigné que “cette affaire, dont le ridicule a largement été démontré et qui n’est autre qu’une manipulation minable des juges anti-terroristes puisse encore avoir des suites aujourd’hui”.

Claude Canellas

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below