February 24, 2014 / 9:54 AM / 5 years ago

Viktor Ianoukovitch recherché pour meurtres en Ukraine

par Natalia Zinets et Pavel Polityuk

Portrait de Viktor Ianoukovitch placardé près de la place de l'Indépendance, à Kiev. Les nouvelles autorités ukrainiennes ont lancé lundi un mandat d'arrêt pour "meurtres de masse" contre le président destitué, toujours introuvable, après la mort la semaine dernière de dizaines de manifestants sous les balles de la police. /Photo prise le 24 février 2014/REUTERS/Yannis Behrakis

KIEV (Reuters) - Les nouvelles autorités ukrainiennes ont lancé lundi un mandat d’arrêt pour “meurtres de masse” contre le président destitué Viktor Ianoukovitch, toujours introuvable, après la mort la semaine dernière de dizaines de manifestants sous les balles de la police.

Attendue à Kiev dans la journée, la haute représentante de l’Union européenne pour la politique étrangère Catherine Ashton doit discuter de l’aide que pourrait apporter l’Europe à l’Ukraine, qui évalue ses besoins à 35 milliards de dollars (25,5 milliards d’euros) sur deux ans. Un membre de la Commission européenne a fait état d’échanges à ce sujet avec les Etats-Unis, le Japon, la Chine, le Canada et la Turquie.

Oleksander Tourchinov, qui assure l’intérim de la présidence et a évoqué un risque de faillite, a présenté dimanche comme une “priorité” un rapprochement avec l’Union européenne (UE), tout en se disant prêt à engager des relations avec la Russie “sur un pied d’égalité”.

La Russie, qui a rappelé à Moscou son ambassadeur en Ukraine, a jugé par la voix de son Premier ministre Dmitri Medvedev que la légitimité des nouvelles autorités ukrainiennes était douteuse. Il a parlé d’”aberration” pour qualifier leur reconnaissance par certains pays.

L’un des chefs de file de l’opposition à Victor Ianoukovitch, le nationaliste Oleh Tiahnibok, s’est inquiété d’allégations de mouvements de troupes russes à la frontière ukrainienne, mais il n’a pas donné de détails et s’est contenté d’évoquer l’arrivée d’un navire transportant 200 militaires russes dans le port de Sébastopol, en Crimée.

ÉLECTION LE 25 MAI

Sur la place de l’indépendance, épicentre des manifestations déclenchées en novembre par le refus de Viktor Ianoukovitch de signer un accord d’association avec l’UE, les quelques centaines de personnes encore présentes oscillaient entre satisfaction et recueillement en souvenir des 82 personnes tuées lors d’affrontements avec les forces de l’ordre la semaine dernière.

“L’heure n’est pas à la fête”, déclarait Grigori Kouznetsov, un manifestant vêtu d’une tenue de combat. “Nous sommes encore en guerre. Nous resterons ici aussi longtemps qu’il le faut.”

Alors que Viktor Ianoukovitch, repéré dimanche soir en Crimée, fait désormais l’objet d’une enquête officielle pour “meurtres de masse”, ouverte par le ministère de l’Intérieur, une élection présidentielle est prévue le 25 mai pour désigner son successeur.

La présidence intérimaire est exercée par Oleksander Tourchinov, un proche de l’opposante Ioulia Timochenko qui a refusé dimanche le poste de Premier ministre après avoir été libérée de l’hôpital pénitentiaire où elle était détenue à la suite d’une condamnation pour abus de pouvoir en 2011.

Quel que soit le futur chef d’Etat, il devra gérer une économie en crise avec près de 4,5 milliards d’euros de dettes à rembourser d’ici la fin de l’année et une devise, la hryvnia, qui a continué à fortement baisser après les événements du week-end. Les économistes jugent cependant que les premiers besoins urgents de financement du pays, qui doit rembourser 720.000 euros d’obligations début juin, peuvent attendre l’issue de l’élection de mai prochain.

La Russie, où ont été arrêtés lundi à Moscou une centaine de manifestants se référant pour certains aux contestataires ukrainiens, a elle prévenu qu’elle ne verserait pas la nouvelle tranche d’un prêt de 15 milliards de dollars, accordé à l’Ukraine lorsque Viktor Ianoukovitch occupait la présidence, tant qu’un nouveau gouvernement ne serait pas en place.

Avec Timothy Heritage, Matt Robinson, Alessandra Prentice et Richard Balmforth; Julien Dury pour le service français, édité par Jean-Stéphane Brosse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below