February 16, 2014 / 10:00 AM / 4 years ago

JO: la Russie unie dans sa colère contre un arbitre de hockey

SOTCHI, Russie (Reuters) - Vladimir Poutine a bien obtenu une vague d’unité nationale en Russie avec les Jeux olympiques d’hiver à Sotchi, mais pas forcément celle qu’il espérait.

Le hockeyeur américain T.J. Oshie marque lors de la séance de tirs au but qui s'est conclue par une victoire américaine dans le match de poule entre les Etats-Unis et la Russie aux JO de Sotchi. De tous les bords politiques, les critiques ont fusé contre l'arbitre américain qui a refusé aux Russes ce qui aurait pu être le but de la victoire. /Photo prise le 15 février 2014/REUTERS/Grigory Dukor

De tous les bords politiques, les critiques ont fusé contre l’arbitre américain qui a refusé à l’équipe russe de hockey sur glace ce qui aurait pu être le but de la victoire contre les Etats-Unis samedi en match de poule.

Au lieu de cela, les Russes se sont inclinés 3-2 après une séance de tirs au but et cet arbitre a bien involontairement réussi l’exploit de faire communier dans une même colère partisans et adversaires du président russe.

“Le palet était dans le but. Quel scandale! Tricher sous les yeux du monde entier! Ecoeurant!”, a réagi sur Twitter le député pro-Poutine Alexeï Pouchkov.

A l’autre extrémité de l’échiquier politique, l’opposant Alexeï Navalny a repris à son compte le flot d’injures qui s’est déversé sur Twitter après le but refusé: “Je suis d’accord avec tout ce qui a été dit au sujet de l’arbitre.”

Militant des droits des homosexuels engagé dans le mouvement de contestation contre Vladimir Poutine en raison de la loi sur l’interdiction de la “propagande” homosexuelle, Nikolaï Alexeïev a lui aussi exprimé sa stupéfaction.

“Il y a un énorme scandale dans le tournoi de hockey. L’arbitre américain n’a pas accordé le but russe. Mince!”, a-t-il écrit, lui aussi sur Twitter.

Vladimir Poutine, qui compte faire des JO de Sotchi un symbole de son action à la tête de la Russie, avait pour sa part la mine déconfite en quittant la patinoire après cette défaite, qui a réveillé le souvenir du revers subi par l’Union soviétique face aux Etats-Unis aux Jeux de Lake Placid en 1980, en pleine Guerre froide.

Le but a été refusé car le palet a franchi la ligne alors que la cage n’était plus exactement à son emplacement.

“C’est le sport”, a simplement commenté le président russe, en refusant de se joindre aux critiques contre l’arbitre américain.

Il n’a même pas saisi la perche tendue par un responsable de la délégation olympique ukrainienne, assis à sa table, qui a déclaré: “C’est encore une fois les Américains.”

Vladimir Poutine a ri et déclaré que ces propos étaient ceux du responsable ukrainien, pas les siens.

Les joueurs russes étaient eux-mêmes mécontents de la décision de l’arbitre. L’ancien gardien Vladislav Tretiak a tenté d’apaiser les esprits en soulignant que l’arbitre n’avait fait qu’appliquer le règlement.

Cela n’a pas suffi à calmer les supporters, dont beaucoup jugent que leur équipe s’est montrée héroïque et a été injustement privée de la victoire.

“C’est évident avec les ralentis. Un but parfait!”, a écrit le député centriste d’opposition Dmitri Goudkov.

Timothy Heritage, avec Steve Gutterman à Moscou; Bertrand Boucey pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below