January 25, 2014 / 6:28 PM / 4 years ago

Hollande officialise sa rupture avec sa compagne

par Emmanuel Jarry

François Hollande a annoncé samedi à l'Agence France presse sa rupture avec sa compagne, Valérie Trierweiler, après quelque huit années de vie commune. /Photo prise le 11 juin 2013/REUTERS/Benoît Tessier

PARIS (Reuters) - François Hollande a officialisé samedi soir sa rupture avec sa compagne, Valérie Trierweiler, après huit années de vie commune, et son entourage a précisé à Reuters que c’était la “décision” du chef de l’Etat français.

Il a bien marqué qu’il faisait cette clarification sur sa vie privée, attendue depuis 15 jours, à titre personnel et non en tant que président, en annonçant cette décision dans une courte déclaration à l’Agence France Presse, et non dans un communiqué officiel de l’Elysée.

“Je fais savoir que j’ai mis fin à la vie commune que je partageais avec Valérie Trierweiler”, a-t-il dit à l’AFP, une formulation confirmée par son entourage.

C’est bien une déclaration de François Hollande, “qui annonce sa décision”, et non une déclaration commune, précise-t-on de même source.

Selon l’Elysée, Valérie Trierweiler a quitté dans l’après-midi la résidence présidentielle de La Lanterne, à Versailles, près de Paris, où elle se “reposait” depuis le 18 janvier, après huit jours à l’hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière.

La journaliste de 48 ans, qui ne bénéficie plus désormais du statut de “première dame”, ne pourra plus revenir à la Lanterne, ajoute-t-on de même source.

Les chaînes d’information continue ont diffusé dans l’après-midi des images de la voiture de l’ex-première dame quittant La Lanterne peu avant 15h00.

Dans la soirée, elle a diffusé sa première réaction publique par le biais de son compte Twitter.

“Toute ma gratitude va à l’extraordinaire personnel de l’Elysée. Je n’oublierai jamais son dévouement ni l’émotion au moment du départ”, écrit Valérie Trierweiler.

L’officialisation de la séparation du couple présidentiel avait été rendue inévitable par la révélation le 10 janvier par le magazine Closer, photos à l’appui, de la liaison du chef de l’Etat avec l’actrice Julie Gayet.

C’est à la suite de cette publication que Valérie Trierweiler avait été hospitalisée à La Pitié-Salpêtrière.

François Hollande avait promis le 14 janvier de clarifier la situation avant la visite d’Etat qu’il doit faire aux Etats-Unis le 11 février.

Le fait que Valérie Trierweiler ait décidé de maintenir un voyage en Inde à partir de dimanche pour honorer un engagement en faveur de l’organisation non-gouvernementale Action contre la faim (ACF) semble avoir précipité les choses.

Le carton d’invitation à un dîner de gala auquel elle devait participer mardi à Bombay mentionne : “En présence de l’invitée d’honneur, la première dame de France, Valérie Trierweiler.”

TRIERWEILER SIMPLE CITOYENNE

C’est finalement en simple citoyenne qu’elle fera ce voyage, dont la directrice d’ACF, Valérie Daher, a déclaré vendredi qu’il avait un “caractère privé”, tandis que François Hollande effectuera en célibataire sa visite d’Etat à Washington.

L’entourage du chef de l’Etat précise cependant que l’ex-Première dame sera “à titre exceptionnel” accompagnée lors de son voyage en Inde par un officier de sécurité et par celui qui était jusqu’ici son chef de cabinet, Patrice Biancone, compte tenu de la nature de son déplacement.

Mais elle ne bénéficiera plus ensuite d’un tel dispositif de sécurité - “Après, c’est fini”, résume-t-on de source proche du président de la République.

On confirme de même source que François Hollande et Valérie Trierweiler ont déjeuné ensemble jeudi à la Lanterne et qu’ils se sont parlé depuis lors au téléphone ou ont échangé des SMS. Mais on refuse de dévoiler le contenu de ces conversations.

Selon le site internet du Journal du Dimanche (JDD), c’est lors de ce déjeuner que l’ex-première dame et le chef de l’Etat ont réglé les modalités de la séparation et Valérie Trierweiler devrait habiter, dans un premier temps, dans leur appartement du XVe arrondissement.

Se posera sans doute la question de l’avenir professionnel de Valérie Tierweiler qui continuait à tenir régulièrement une chronique culturelle dans l’hebdomadaire Paris Match depuis son arrivée à l’Elysée.

Le directeur adjoint de la rédaction de Paris-Match, Régis Le Sommier, a déclaré à BFM TV qu’elle n’avait jamais quitté cette rédaction mais n’a pas voulu s’avancer sur la suite.

“Elle ne participe plus à la vie du journal en tant que telle”, a-t-il souligné. “Elle a une passion maintenant pour l’humanitaire” et son voyage en Inde montre qu’”elle veut se raccrocher à ça, d’une certaine façon.”

“Ça dépend beaucoup d’elle, ça dépend de son état d’esprit. On verra, je pense, quand elle rentrera d’Inde (...), ce qu’elle y dira, peut-être”, a-t-il ajouté. “Peut-être qu’il y aura des réactions et là, à ce moment-là, ce sera le moment de voir un peu vers où elle veut aller.”

Emmanuel Jarry, édité par Marc Joanny

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below