January 9, 2014 / 12:12 PM / 5 years ago

L'avocat de Dieudonné invoque la liberté d'expression

par Guillaume Frouin

L'avocat de Dieudonné, Jacques Verdier (au centre) a appelé jeudi le tribunal administratif de Nantes à faire respecter la liberté d'expression et de réunion en suspendant l'arrêté préfectoral pris pour interdire le spectacle du polémiste prévu au Zénith de la ville. /Photo prise le 9 janvier 2014/REUTERS/Stéphane Mahé

NANTES (Reuters) - L’avocat de Dieudonné a appelé jeudi le tribunal administratif de Nantes à faire respecter la liberté d’expression et de réunion en suspendant l’arrêté préfectoral pris pour interdire le spectacle du polémiste prévu au Zénith de la ville.

Le juge des référés, saisi en urgence par les défenseurs de l’humoriste après la décision prise mardi par la préfecture de Loire-Atlantique, sur instruction du gouvernement, d’interdire le spectacle de ce jeudi soir en raison des propos antisémites tenus par son auteur, rendra sa décision en début d’après-midi.

L’avocat de Dieudonné M’Bala M’Bala a réaffirmé devant les journalistes que son client serait de toutes manières présent sur la scène du Zénith, “éventuellement pour jouer un autre spectacle” que celui interdit par le préfet.

“Aujourd’hui, nous ne sommes pas dans un référendum pour déterminer le pourcentage de pour et de contre”, a plaidé Me Jacques Verdier devant le tribunal administratif de Nantes. “Nous sommes là pour déterminer si un artiste a le droit de jouer et de s’exprimer.”

“Artiste sulfureux” et “banni”, Dieudonné ne serait pas antisémite, selon son avocat, mais seulement un militant “pro-palestinien”. Et ses “petites phrases lâchées ici et là”, qui lui ont valu plusieurs condamnations, ne seraient que “la réponse à des provocations préalables”.

Son geste controversé de la “quenelle” -notamment repris fin décembre par le footballeur Nicolas Anelka pour célébrer l’un de ses buts en Angleterre- ne serait d’ailleurs qu’un “bras d’honneur revisité”, selon Jacques Verdier, alors que le ministre de l’Intérieur Manuel Valls y voit un geste antisémite.

DÉBAT SUR LA “QUENELLE”

“C’est un geste antisystème qui existe depuis 2005, une attitude potache, une chose qui peut être appréciée des adolescents”, ajoute l’avocat. “Son sens est univoque, mais il y a des personnes suffisamment tordues pour vous dire qu’il s’agit d’un salut nazi inversé.”

La représentante de la préfecture de Loire-Atlantique, elle, a pointé l’absence de réaction de Dieudonné concernant des quenelles postées par ses partisans sur Internet.

“Certaines ont été faites sur un wagon d’Auschwitz, d’autres rue des Juifs ou rue du Four”, s’est-elle alarmée devant le juge des référés. “Il n’y a pourtant jamais eu de marque de réprobation de sa part, lors de ses multiples interventions sur Youtube.”

Elle a également justifié l’interdiction du spectacle par le fait que des enregistrements clandestins, réalisés par des journalistes lors de précédentes représentations de Dieudonné, attesteraient de “propos graves” tenus par le polémiste.

Il s’agit d’une référence à un reportage filmé en caméra cachée dans le théâtre de Dieudonné et diffusé mi-décembre sur France 2, où l’on voit l’humoriste prendre pour cible le présentateur de France Inter, Patrick Cohen.

“Moi, tu vois, quand je l’entends parler, Patrick Cohen, je me dis, tu vois, les chambres à gaz… dommage”, a-t-il dit.

“On est dans la caricature de celui qui caricature lui-même”, rétorque Jacques Verdier. “On est dans l’outrance, l’exagération. Tout ce tumulte est organisé par l’Etat.”

OFFENSIVE FINANCIÈRE

L’arrêté préfectoral attaqué est le prolongement d’une circulaire adressée mardi par Manuel Valls aux maires et aux préfets, pour leur donner les arguments juridiques afin de faire interdire les spectacles de Dieudonné.

Selon un sondage CSA réalisé par le site Atlantico.fr, 52 % des Français sont favorables à l’interdiction des spectacles du polémiste, mais 64 % pensent que la mesure ne sera pas efficace pour lutter contre l’antisémitisme.

Parallèlement, la justice enquête sur des mouvements financiers autour des comptes de Dieudonné et ses proches et le soupçonne, via ces derniers, de blanchir son argent en l’expédiant au Cameroun, selon une source judiciaire.

L’enquête a été ouverte en février 2013 par le parquet de Chartres à la suite d’un signalement par Tracfin, la cellule anti-blanchiment de Bercy, selon le Canard enchaîné et Le Monde.

Selon Le Monde, Dieudonné doit 887.135 euros au Trésor public et 65.280 euros d’amende, dont 38.000 après des condamnations définitives.

Edité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below