December 15, 2013 / 11:43 AM / 5 years ago

Fabius évoque les "légères claudications" du gouvernement

PARIS (Reuters) - Les rapports entre François Hollande et Jean-Marc Ayrault sont “très bons”, mais le gouvernement doit tendre vers plus de cohérence et redresser de “légères claudications”, a déclaré dimanche Laurent Fabius.

Selon Laurent Fabius, les rapports entre François Hollande et Jean-Marc Ayrault sont "très bons", mais le gouvernement doit tendre vers plus de cohérence et redresser de "légères claudications". /Photo prise le 28 août 2013/REUTERS/Kenzo Tribouillard/Pool

En déplacement à l’étranger, le chef de l’Etat a opposé deux mises au point très fermes à son Premier ministre qui ont relancé les spéculations sur la pérennité du mandat de ce dernier à Matignon.

S’agissant du rapport contesté sur l’intégration, dont le gouvernement s’est dissocié avec embarras, François Hollande a souligné qu’il ne reflétait pas “du tout” la position de l’exécutif.

Pour ce qui est de la “remise à plat” fiscale annoncée contre toute attente par Jean-Marc Ayrault le 18 novembre, le président de la République a affirmé, selon plusieurs médias, qu’elle ne concernerait pas les mesures mises en oeuvre depuis son élection en mai 2012.

Il a souhaité en outre une baisse des impôts “le jour venu”, alors que le chef du gouvernement avait évoqué une réforme fiscale, au calendrier imprécis, “à prélèvements constants”.

Démentant toute friction entre François Hollande et Jean-Marc Ayrault (“Moi qui vis tout cela de l’intérieur, je trouve que ces rapports sont très bons”), Laurent Fabius a toutefois souligné que les Français attendaient de leurs gouvernants qu’ils soient “cohérents entre eux”.

“Cette cohérence est indispensable, parfois il y a des couacs, ils sont tous regrettables (...), mais il faut travailler à cette cohérence”, a dit le ministre des Affaires étrangères au “Grand Rendez-Vous” Europe 1-Le Monde-i>TÉLÉ.

“Il faut que les choses soient faites dans l’ordre par l’ensemble du gouvernement”, a-t-il poursuivi. “Quand il y a de légères claudications, il faut les redresser”.

Le chef de la diplomatie, qui n’hésite pas à faire entendre sa différence au sein du gouvernement, a distillé un conseil aux initiateurs de la réforme fiscale.

“J’ai deux idées simples dans cette matière fiscale très compliquée : la première, c’est que la bonne réforme fiscale, c’est celle qui permettra notamment un allègement des impôts. Deuxième idée, pour obtenir un allègement des impôts, il faut alléger aussi les dépenses, fermez le ban”.

Sophie Louet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below