November 6, 2013 / 6:18 AM / 5 years ago

Victoire écrasante du démocrate Bill de Blasio à New York

NEW YORK (Reuters) - Bill de Blasio a très facilement remporté mardi l’élection à la mairie de New York, permettant au Parti démocrate de reprendre une municipalité qui lui échappait depuis deux décennies.

Bill de Blasio a très facilement remporté mardi l'élection à la mairie de New York, permettant au Parti démocrate de reprendre une municipalité qui lui échappait depuis deux décennies. /Photo prise le 5 novembre 2013/REUTERS/Shannon Stapleton

Alors que 56% des bulletins de vote ont été dépouillés, Bill de Blasio, 52 ans, dispose d’une très large avance, avec 73% des suffrages contre 24% pour son adversaire républicain Joe Lhota.

Marqué à gauche et auteur d’une campagne électorale axée sur la réduction des inégalités, il succède à l’homme d’affaires Michael Bloomberg qui achève son troisième mandat.

“Chers New-Yorkais, aujourd’hui, vous avez fait entendre une voix forte et claire afin que la ville prenne une nouvelle direction, unis par la certitude que notre ville ne doit laisser aucun New-Yorkais derrière elle”, a lancé le vainqueur devant ses partisans réunis à Brooklyn.

Le nouveau maire de New York a d’abord remporté la très disputée primaire démocrate, mettant l’accent sur la politique répressive et en critiquant le bilan de Michael Bloomberg qu’il a accusé d’avoir présidé deux New York, une riche et une pauvre.

Bill de Blasio a promis de développer l’accès aux jardins d’enfants, proposant de taxer davantage les catégories sociales les plus aisées pour financer ce projet. Il s’est également engagé à se battre pour préserver le maillage hospitalier.

Durant sa campagne il s’est appuyé sur sa famille mixte, fondée avec son épouse afro-américaine, et notamment sur son fils Dante, un adolescent arborant une impressionnante coiffure afro et qui accusait dans un clip de campagne la police new-yorkaise de cibler injustement les jeunes noirs avec sa politique “stop-and-frisk” (interpellation et fouille), soutenue par le maire sortant.

Son adversaire Joe Lhota, ancien adjoint au maire de Rudolph Giuliani, le prédécesseur de Michael Bloomberg, a souvent qualifié Bill de Blasio de “socialiste”, assurant que sa victoire serait synonyme de hausse de la délinquance et d’une gestion calamiteuse des finances publiques.

Le nouveau maire doit désormais faire face à plusieurs défis de taille en maintenant par exemple le taux de criminalité aux niveaux actuels historiquement bas et en trouvant un accord salarial avec les employés municipaux de la ville.

New York devrait accuser cette année un déficit budgétaire de 2,2 milliards de dollars et, selon les estimations de l’équipe municipale sortante, les revendications des syndicats des agents municipaux pourraient coûter à la ville entre 4 et 8 milliards de dollars.

Edith Honan, Nicolas Delame pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below