October 27, 2013 / 3:35 PM / 5 years ago

Ligue 1: le PSG tangue dans le Chaudron, Monaco recolle

PARIS (Reuters) - Le PSG a tangué très fort dimanche à Saint-Etienne (2-2) mais le champion en titre a fini par conserver sur le fil son fauteuil de leader de la Ligue 1, que lorgne toujours Monaco, vainqueur plus tôt de l’Olympique Lyonnais (2-1).

Le Parisien Zlatan Ibrahimovic face au Stéphanois Loïc Perrin. Le PSG a tangué très fort dimanche à Saint-Etienne (2-2) mais le champion en titre a fini par conserver sur le fil son fauteuil de leader de la Ligue 1, que lorgne toujours Monaco, vainqueur plus tôt de l'Olympique Lyonnais (2-1). /Photo prise le 27 octobre 2013/REUTERS/Robert Pratta

Mené 2-0 dans le Chaudron des Verts, le champion en titre a dû son salut à l’expulsion de Fabien Lemoine à l’heure de jeu, à un but d’Edinson Cavani (68e), et à un autre, dans les arrêts de jeu, de Blaise Matuidi (90e +3).

Ce précieux but inscrit par l’international français permet au PSG de compter 25 points, tout comme Monaco, qu’il devance à la différence de buts. Lille, tombeur de Nantes vendredi (1-0), est troisième à deux unités, en embuscade.

“On montre qu’on a du caractère, du coeur. On reste invaincu. C’est bien de revenir comme ça. Il fallait réagir”, a analysé au coup de sifflet final Matuidi, interrogé par Canal+.

“On est content du résultat car ce n’était pas facile. On continue notre marche en avant. On reste sur une série positive, il ne fallait pas qu’elle s’arrête ce soir”, a ajouté le milieu de terrain d’une équipe invaincue depuis 30 matches.

Dimanche, cette série statistique a bien failli prendre fin dans le Forez.

Dépassé par la vitesse des Stéphanois en début de rencontre, le PSG a concédé l’ouverture du score après un ballon perdu de Marquinhos dont a profité Romain Hamouma puis Benjamin Corgnet, qui d’une frappe limpide, a trompé Salvatore Sirigu (18e).

Volontaire mais maladroit et incapable de cadrer le moindre tir au cours de la première période, le champion en titre en encaissait un deuxième en début de seconde période, sur une grosse bévue de sa défense.

Après une sortie ratée du gardien italien, déséquilibré par Corgnet, Marquinhos a manqué son dégagement et mis sur orbite Hamouma, qui d’un lob facile, a doublé la mise (51e).

MATUIDI AU BOUT DU SUSPENSE

Remis en selle par l’exclusion de Fabien Lemoine à l’heure de jeu pour un deuxième carton jaune, le PSG a retrouvé des couleurs à peine dix minutes plus tard grâce à Edinson Cavani, qui d’une frappe de près, à la réception d’un centre de Maxwell, a inscrit son septième but de la saison (68e).

La fin du match s’est résumée à un scénario d’attaque-défense où les hommes de Laurent Blanc ont fini par égaliser sur un centre de Matuidi, qui a effleuré la tête de Zlatan Ibrahimovic puis la jambe de Cavani, avant de tromper Stéphane Ruffier (90e +3).

Un peu plus tôt dans la journée, l’AS Monaco avait fait tout ce qu’il fallait pour occuper à nouveau le sommet de la Ligue 1.

En proie à quelques doutes avec seulement une victoire acquise lors de ses trois dernières sorties en championnat, Monaco a fait preuve d’une maîtrise totale en première période en assommant l’OL à la demi-heure de jeu, en l’espace de huit minutes.

La premier à débloquer le compteur de l’ASM a été Mounir Obbadi, qui d’une frappe de toute beauté décochée à l’entrée de la surface, a réussi à tromper la vigilance d’Anthony Lopes (28e).

Muet depuis trois journées, le nouveau goleador monégasque Radamel Falcao a inscrit le but du break dans la foulée, en remportant un face-à-face avec le gardien lyonnais d’une petite balle piquée pleine de finesse (36e).

“QUAND FALCAO MARQUE, MONACO RECOMMENCE À GAGNER”

La réduction du score à l’heure de jeu, grâce à une tête de Bafétimbi Gomis (62e), a redonné espoir aux hommes de Rémi Garde mais Monaco a su à ce moment précis resserrer les rangs pour conserver son avantage.

“En première mi-temps, c’était un match très facile. On s’est compliqué la vie après, avec ce but de Lyon”, a analysé au micro de beIN Sport le défenseur monégasque Ricardo Carvalho.

“Ce soir, c’était important que Falcao marque. Car quand il marque, Monaco recommence à gagner. Il faut maintenant gagner tous les matches si on veut être tout en haut du classement”, a-t-il ajouté.

Plus que jamais en crise, Lyon, qui avait retrouvé un peu de confiance en milieu de semaine en s’imposant à domicile en Ligue Europa face aux Croates de Rijeka, a signé son cinquième match sans victoire en championnat.

L’OL pointe pour l’heure à la 14e place avec 12 points.

Si les Lyonnais n’ont pas su faire fructifier leur victoire européenne, les Bordelais n’ont eux pas manqué le coche en battant Montpellier (2-0).

En supériorité numérique depuis la 20e minute et l’exclusion du défenseur franco-marocain Yassine Jebbour, les hommes de Francis Gillot ont toutefois mis du temps à forcer la décision.

Cheick Diabaté a ouvert le score à la 75e minute sur un centre de Nicolas Maurice-Belay, entré en jeu juste après la pause. Et dans la dernière minute du temps réglementaire, Ludovic Obraniak définitivement scellé le sort de la rencontre (90e).

Chrystel Boulet-Euchin et Olivier Guillemain

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below