October 19, 2013 / 7:23 AM / in 5 years

Second tour sous tension pour la primaire socialiste à Marseille

par François Revilla

Les organisateurs de la primaire pour désigner le candidat socialiste à la mairie de Marseille ont promis un second tour "impeccable" dimanche entre la sénatrice Samia Ghali et le député Patrick Mennucci, qui part avec les faveurs des pronostics. /Photo prise le 15 octobre 2013/REUTERS/Jean-Paul Pélissier

MARSEILLE (Reuters) - Les organisateurs de la primaire pour désigner le candidat socialiste à la mairie de Marseille ont promis un second tour “impeccable” entre la sénatrice Samia Ghali et le député Patrick Mennucci, qui part avec les faveurs des pronostics.

Bien qu’arrivé second lors d’un premier tour entaché d’irrégularités selon lui, Patrick Mennucci semble sur le papier en meilleure position pour l’emporter dimanche après le ralliement de trois des quatre candidats éliminés.

Seul le vice-président du Conseil général des Bouches-du-Rhône, Christophe Masse, cinquième du premier tour avec 14,29% des voix, a laissé la liberté de choix à ses électeurs.

La ministre déléguée aux Personnes handicapées, Marie-Arlette Carlotti, avait vivement mis en cause au soir du premier tour les méthodes de Samia Ghali, dont le transport d’électeurs en minibus, qualifiées de “clientélistes” et “paramilitaires”.

Le président de la Haute autorité des primaires, Jean-Pierre Mignard avait noté après le premier tour “une transgression générale d’un règlement de la primaire” mais assurait “n’avoir été saisi d’aucune fraude ou requête”.

Il a assuré à Reuters que tout serait fait pour que le second tour se déroule sans polémique.

“Le second tour doit être impeccable, il faut que le résultat inspire la confiance”, a-t-il dit. “Il y aura une organisation et une discipline accrue dans les bureaux de vote. Si un problème est signalé, nous suspendrons les opérations de vote dans les bureaux concernés le temps nécessaire.”

La semaine de campagne du second tour, notamment le débat organisé mercredi, a été marquée par une tension croissante entre les deux prétendants à la succession de l’UMP Jean-Claude Gaudin qui, de son côté, ne fait pas mystère de sa volonté d’être candidat à sa propre succession.

L’OMBRE DE GUÉRINI

Samia Ghali, qui a récolté 25,25% des suffrages au premier tour mais qui ne bénéficie d’aucun soutien officiel, a accusé son adversaire d’être “le candidat de Paris” et a dénoncé “de petits arrangements entre amis”.

Les prétendants sont déjà maires de deux des huit secteurs que compte Marseille -dans les quartiers Nord pour Samia Ghali et dans le centre-ville pour Patrick Mennucci- et s’appuient en priorité sur leurs fiefs électoraux.

Patrick Mennucci, qualifié avec 20,65% des votes, est donné favori par les sondages, mais l’une des clés du scrutin restera sans doute la participation, le premier tour ayant mobilisé plus de 20.000 électeurs marseillais.

“Les candidats éliminés ne sont pas propriétaires de leurs voix et même si elle apparaît isolée Samia Ghali mène une campagne active sur le terrain et les réseaux sociaux”, explique un bon connaisseur de la scène marseillaise. “Le soutien discret que lui apporte Jean-Noël Guérini pourrait l’aider.”

L’ombre du sénateur et président du Conseil général des Bouches-du-Rhône continue en effet de planer sur cette primaire marseillaise. Trois fois mis en examen, notamment pour “association de malfaiteurs”, Jean-Noël Guérini a annoncé qu’il ne voterait pas dimanche, mais son influence reste importante.

Patrick Mennucci, qui fut le directeur de campagne de Jean-Noël Guérini lors des municipales de 2008, a depuis pris ses distances avec le “système” du président du Conseil général.

Un sondage OpinionWay réalisé cette semaine auprès de sympathisants de gauche donne un avantage à Patrick Mennucci qui apparaît comme le mieux à même de battre Jean-Claude Gaudin pour 45% d’entre eux alors que le score de Samia Ghali est de 39%.

Quel que soit le vainqueur de dimanche, il devra rassembler un PS local profondément divisé après cette campagne interne alors qu’écologistes et Front de Gauche ont d’ores et déjà annoncé qu’ils présenteraient leurs propres listes à Marseille aux municipales de mars prochain.

Edité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below