October 8, 2013 / 8:15 AM / in 5 years

Patrick Balkany de nouveau dans le collimateur de la justice

PARIS (Reuters) - Le député-maire UMP de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), Patrick Balkany, un ami de l’ex-président Nicolas Sarkozy, est de nouveau dans le collimateur de la justice, qui le soupçonne d’avoir utilisé des policiers municipaux pour son compte.

Le député-maire UMP de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), Patrick Balkany, un ami de l'ex-président Nicolas Sarkozy, est de nouveau dans le collimateur de la justice, qui le soupçonne d'avoir utilisé des policiers municipaux pour son compte. Le parquet de Nanterre a ouvert une enquête préliminaire sur le fonctionnement de la police municipale et non pour détournements de fonds, comme cela a été dit initialement. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

La police a récupéré il y a quelques jours dans sa mairie le planning et les contrats de travail des policiers municipaux, dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Nanterre sur le fonctionnement de la police municipale et non pour détournements de fonds, comme cela a été dit initialement.

Le député socialiste Yann Galut, rapporteur du texte de loi contre la fraude fiscale, demande que toute la lumière soit faite sur cette affaire qui concerne un élu de la Nation, “soumis de ce fait à un devoir de moralité et d’exemplarité.”

“Après l’affaire Cahuzac qui a été un véritable séisme pour le monde politique français, mais aussi les trop nombreuses affaires de transport d’argent liquide ou de primes en liquide qui touchent l’entourage de l’ancien président de la République Nicolas Sarkozy, on ne peut laisser une nouvelle fois un scandale financier jeter le discrédit sur la classe politique”, écrit-il dans un communiqué.

Le parquet a précisé que l’information visant Patrick Balkany avait été ouverte à la suite de dénonciations d’un syndicat de policiers municipaux, qui accuse notamment le maire d’utiliser des agents à des fins personnelles et pointe du doigt des problèmes de qualification et de harcèlement.

Selon iTELE sur son site internet.

Patrick Balkany a déjà été condamné à 15 mois de prison avec sursis et deux ans d’inéligibilité pour une affaire comparable, l’utilisation d’employés municipaux entre 1985 et 1995 chez lui et dans sa résidence secondaire. Ce proche de Nicolas Sarkozy n’en a pas moins été réélu en 2001.

Le Point.fr affirme pour sa part avoir eu connaissance d’un rapport de police de juin 2001 évoquant des avoirs en Suisse. Une accusation à laquelle répond indirectement l’élu dans son communiqué.

“J’ai vendu à un investisseur suisse, en toute légalité, mes actions de l’entreprise familiale de prêt-à-porter à la fin des années 1980”, écrit-il. “Le produit de la vente de ces actions a été intégralement transféré à l’époque au CCF de Levallois.”

Nicolas Bertin, édité par Emmanuel Jarry

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below