August 12, 2013 / 5:35 AM / 5 years ago

Ligue 1: Monaco, Lyon et Marseille démarrent fort

PARIS (Reuters) - Monaco, Lyon et Marseille, présentés comme les seuls clubs français capables de chatouiller le Paris Saint-Germain cette année, ont tous lancé ce week-end leur saison de Ligue 1 par des victoires probantes.

Monaco s'est imposé 2-0 samedi soir sur le terrain des Girondins de Bordeaux à l'occasion de la première journée de Ligue 1, avec notamment un but de sa recrue-phare, l'attaquant colombien Radamel Falcao (photo). /Photo prise le 10 août 2013/REUTERS/Régis Duvignau

Parmi les ténors du championnat, seuls les Parisiens eux-mêmes ont raté la première marche en allant faire match nul 1-1 à Montpellier vendredi soir.

Sans doute ont-ils entendu l’avertissement lancé par les Monégasques, la nouvelle puissance financière de Ligue 1, qui ont livré samedi un match très maîtrisé à Bordeaux, conclu par un succès 2-0 et une première réalisation de Radamel Falcao.

L’homme qui valait 60 millions d’euros, recruté cet été dans les rangs de l’Atlético Madrid, a inscrit un but dont il a le secret - opportuniste à défaut d’être spectaculaire - en décochant une frappe de près.

Sans doute les Parisiens ont-ils entendu le message adressé par les Lyonnais, qui ont prouvé lors de leur victoire 4-0 sur Nice qu’ils pouvaient se passer au moins provisoirement de leurs deux anciens buteurs en chef.

Bafétimbi Gomis tombé en disgrâce et Lisandro Lopez transféré au Qatar, Alexandre Lacazette a hérité du rôle d’attaquant de pointe et s’est offert un doublé devant son public.

L’OL s’est découvert un attaquant de pointe et a redécouvert son milieu de terrain Yoann Gourcuff, qui laisse depuis son arrivée il y a trois ans un sentiment de gâchis aux dirigeants lyonnais.

LA PREMIÈRE D’EDINSON CAVANI

Pas épargné par les blessures ces dernières saisons, l’international français s’est tout à coup montré précieux dans le jeu et a converti d’une superbe frappe un coup franc lointain dans le temps additionnel de la deuxième période.

Sans doute les Parisiens ont-ils également entendu la sommation de Marseille, qui a puni dimanche soir le promu guingampais en moins de 20 minutes, le temps qu’il a fallu pour inscrire trois buts (3-1).

Pour ses grands débuts sous ses nouvelles couleurs, l’ancien Lillois Dimitri Payet a inscrit un doublé en profitant de l’extrême fébrilité de la défense de Guingamp. Preuve qu’elle a encore du travail pour se mettre au niveau de la Ligue 1.

La victoire marseillaise aurait pu être plus lourde encore si le retourné acrobatique de Mathieu Valbuena en première période, repoussé in extremis par le gardien, s’était transformé en but.

Sans doute les Parisiens ont-ils vu, comme le pressentait l’entraîneur Laurent Blanc, qu’ils devaient peaufiner quelques réglages avant de pouvoir donner la pleine mesure de leurs capacités.

Ezequiel Lavezzi et ses coéquipiers ont semblé engourdis en début de match au stade de la Mosson, au point d’encaisser très vite un but de Rémy Cabella (10e).

Petit à petit, ils ont fait preuve de plus de justesse, jusqu’au but de Maxwell à l’heure de jeu, mais ils n’ont pas réussi à faire complètement basculer le match malgré les bonnes passes de Javier Pastore et les courses de Blaise Matuidi.

Et l’entrée en jeu à 20 minutes de la fin de la recrue star Edinson Cavani, pour lequel le PSG a fait un chèque de 64 millions d’euros à Naples, n’y a rien changé. Un tir cadré mais pas de but pour l’Uruguayen.

Radamel Falcao 1 - Edinson Cavanni 0.

Simon Carraud

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below