August 1, 2013 / 8:29 AM / 5 years ago

Brice Hortefeux réclame plus de dons privés dans la politique

PARIS (Reuters) - L’ancien ministre et président de l’association des amis de Nicolas Sarkozy, Brice Hortefeux, a appelé jeudi à une double réforme du système de financement de la vie politique, qui permettrait notamment plus de dons privés.

L'ancien ministre et président de l'association des amis de Nicolas Sarkozy, Brice Hortefeux, a appelé jeudi sur France Info à une double réforme du système de financement de la vie politique, qui permettrait notamment plus de dons privés. /Photo d'archives/REUTERS/Jacky Naegelen

Le PS a estimé que ce projet de revenir en arrière sur les règles de financement des partis politiques était d’une “indécence absolue”.

“Cette proposition n’est que le souhait à peine caché d’autoriser les grandes fortunes de France à financer l’UMP” comme Liliane Bettencourt, l’héritière de L’Oréal, écrit-il dans un communiqué.

Selon le PS, la limitation du financement des partis à 7.500 euros par citoyen “est un impératif démocratique qui protège des abus et des dérives”.

Pour Brice Hortefeux, “il faudrait que l’on revoie à terme le système de financement de notre vie politique”.

Il a souligné sur France Info que cette réforme devait passer d’abord par une baisse de la contribution de l’Etat.

“Simultanément, (il faut) donner davantage de liberté pour les personnes physiques ou les personnes morales de manière à ce qu’elles puissent participer quand elles le souhaitent et comme elles le souhaitent”, a-t-il ajouté.

Interrogé sur le montant de 7.500 euros déposé par Nicolas Sarkozy dans le cadre de la souscription nationale lancée par l’UMP pour compenser la perte de 11 millions d’euros provoquée par l’invalidation des comptes de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy, l’ancien ministre a répondu : “Il a donné le plafond qui est autorisé à une personne privée.”

Brice Hortefeux n’a pas souhaité communiquer le montant de son propre don et a appelé les 30% de parlementaires UMP n’ayant pas souscrit à le faire rapidement.

L’UMP est confrontée à une crise financière depuis que le Conseil constitutionnel a rejeté le 4 juillet les comptes de campagne de Nicolas Sarkozy pour 2012, privant la formation de la subvention de 10.691.775 euros de l’Etat au titre du remboursement des frais de campagne.

La souscription nationale - baptisée le “Sarkothon” par des médias - lancée le même jour par le président de l’UMP, Jean-François Copé, a permis de récolter 8,309 millions d’euros à ce jour. L’UMP devrait bénéficier d’un sursis de deux mois auprès des banques afin de recueillir deux millions manquants.

Marion Douet, avec Gérard Bon édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below