July 28, 2013 / 5:59 PM / 5 years ago

Natation: les Français décrochent enfin l'or mondial en 4x100

PARIS (Reuters) - Les relayeurs français, qui ne partaient pas favoris du 4x100 m nage libre des Mondiaux de Barcelone malgré le sacre olympique conquis il y a un an, ont décroché dimanche un titre qui les avaient toujours fui jusque-là.

Le relais français du 4x100 m nage libre, sacré champion olympique il y a un an à Londres, a décroché à Barcelone le titre de champion du monde qui manquait jusque-là au palmarès de la natation tricolore. Yannick Agnel, Florent Manaudou, Fabien Gilot et Jérémy Stravius (de droite à gauche) ont dépassé dans les 100 derniers mètres les Américains et les Russes. /Photo prise le 28 juillet 2013/REUTERS/Albert Gea

Le quatuor lancé par Yannick Agnel est parti sur un petit rythme, au point de boucler les 100 premiers mètres à la quatrième place, avant de rattraper petit à petit son retard et de dépasser Américains et Russes dans la dernière ligne droite.

Yannick Agnel, Florent Manaudou, Fabien Gilot et Jérémy Stravius - dans cet ordre - ont parcouru les 400 mètres en 3’11”18, quelques petits dixièmes devant la bande à Ryan Lochte (3’11”42) et le relais russe (3’11”44).

“On n’était pas favori mais on savait que chaque année les favoris ne gagnent pas forcément. Là, c’est vraiment le hold-up”, s’est félicité Jérémy Stravius, le dernier relayeur français, au micro de France 2.

Car les Français, pas les meilleurs du monde sur le plan individuel, semblaient condamnés à jouer les arbitres dans la bagarre entre les gros bras australiens, couronnés en 2011 à Shanghai, américains et russes.

Ils avaient d’ailleurs pris la quatrième place des séries dans la matinée avec, il est vrai, une équipe de remplaçants, composée de Grégory Mallet, William Meynard, Amaury Leveaux, en plus de Fabien Gilot, le seul à conserver sa place en finale.

“C’ÉTAIT ASSEZ COMPLIQUÉ”

Et les Français ont donné l’impression pendant 300 m qu’ils n’avaient ni les bras ni les jambes pour rivaliser avec leurs voisins de lignes d’eau.

“Je ne me suis pas inquiété. On a fait vraiment une belle course. J’y ai cru, on y a tous cru, c’est ça qui a fait la différence”, a estimé Jérémy Stravius.

“J’ai essayé de faire mon maximum”, a quant à lui expliqué Yannick Agnel, au micro de France 2. “C’était assez compliqué. J’ai vu le temps, c’était pas mirifique, mais je suis content que ça ait suffi.”

Les relayeurs français perpétuent ce qui commence à devenir une tradition pour la natation française qui avait fini sur le podium des trois précédentes éditions des Mondiaux, avec deux troisièmes places en 2007 et 2009 puis une deuxième en 2011.

Cette victoire lance pour de bon la semaine des Français à Barcelone, après la décevante septième place sur 400 m nage libre de Camille Muffat, pourtant championne olympique de la spécialité.

Florent Manaudou, qui a intégré pour la première fois l’équipe française dans une grande finale internationale, doit notamment nager une finale de 50 mètres papillon lundi soir.

“J’ai tout donné”, a expliqué après coup le cadet des Manaudou. “J’ai vraiment pris beaucoup de plaisir, et ça me donne beaucoup de plaisir pour demain (lundi) et la fin de semaine.”

Simon Carraud pour le service français, édité par Pierre Sérisier

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below