July 18, 2013 / 11:09 AM / 5 years ago

Le PS fait bloc autour de Hollande dans l'affaire Cahuzac

PARIS (Reuters) - La majorité socialiste a accusé jeudi l’opposition de droite de chercher à instrumentaliser la commission d’enquête parlementaire sur l’affaire Jérôme Cahuzac pour tenter de déstabiliser François Hollande.

Jérôme Cahuzac lors de son audition par la commission d'enquête parlementaire à Paris. La majorité socialiste a accusé jeudi l'opposition de droite de chercher à instrumentaliser cette commission sur l'affaire Cahuzac pour tenter de déstabiliser François Hollande, après les révélations autour d'une réunion qui s'est tenue à l'Elysée le 16 janvier en présence de l'ex-ministre du Budget. /Photo prise le 26 juin 2013/REUTERS/Gonzalo Fuentes

Les esprits s’échauffent autour d’une réunion qui s’est tenue à l’Elysée le 16 janvier en présence de l’ex-ministre du Budget pour décider d’une demande d’entraide fiscale avec la Suisse, afin de savoir s’il y dissimulait un compte bancaire.

Le président centriste de la commission d’enquête, Charles de Courson, y a vu un signe de plus que François Hollande était sans doute “le mieux informé” au sein de l’exécutif, dès le début, des graves soupçons pesant sur Jérôme Cahuzac.

Plusieurs figures de la majorité de gauche se sont aussitôt insurgées contre la mise en cause du président de la République, invitant Charles de Courson à ne pas outrepasser son rôle.

Pour l’entourage du chef de l’Etat, il s’agit d’”une histoire montée par la droite en pleine torpeur estivale” car “il fallait bien que le président demande à l’intéressé” de s’expliquer sur des rumeurs et informations de presse.

“Jérôme Cahuzac a toujours dit ‘il n’y a rien’ jusqu’à ce qu’il jette l’éponge”, après l’ouverture d’une information judiciaire le visant le 19 mars pour blanchiment de fraude fiscale, a-t-on ajouté.

Les débats au sein de la commission ont tourné à l’aigre mercredi quand ses membres issus de l’opposition ont jugé que de sérieux doutes subsistaient sur ce que savait l’Elysée du compte caché de l’ex-ministre du Budget et à partir de quand.

“UN MUR FISSURÉ”

Le rapporteur socialiste, Alain Claeys, affirme que rien ne peut justifier l’affirmation de Charles de Courson selon laquelle des “preuves” existent que François Hollande était informé dès la publication des révélations du site d’informations Mediapart le 4 décembre.

“Il n’y a pas eu de preuves avant le 19 mars”, date à laquelle le parquet de Paris ouvre une information judiciaire, dit-il au Monde, daté de vendredi.

Les interrogations sur le rôle de l’Elysée ont surgi mardi quand le ministre de l’Economie Pierre Moscovici a confirmé sous serment la tenue de la réunion du 16 janvier en présence de François Hollande, du Premier ministre Jean-Marc Ayrault et, surtout, de Jérôme Cahuzac.

Or, l’ex-ministre du Budget avait passé sous silence cette réunion lors de son audition le 26 juin. La commission d’enquête a donc décidé de le convoquer à nouveau le 23 juillet, après avoir entendu Marion Bougeard, qui fut sa conseillère pour la communication.

Aux yeux des membres UMP de la commission, la question est de savoir si Jérôme Cahuzac a été “associé” à la démarche visant à saisir l’administration fiscale helvétique pour savoir s’il avait un compte à l’UBS ou simplement mis au pied du mur.

Pour l’UMP Georges Fenech, la présence de l’ancien ministre du Budget à cette réunion au sommet montre que la “muraille de Chine” que Pierre Moscovici disait avoir dressée autour de lui n’est plus qu’un “mur fissuré.”

S’engouffrant dans la brèche, Charles de Courson a répété mercredi et jeudi que François Hollande avait, “entre le 4 et le 18 décembre, l’ensemble des informations lui permettant de se rendre compte que des preuves graves, selon lesquelles Jérôme Cahuzac détenait un compte en Suisse, existent”.

RAPPEL DES “RÈGLES”

Il s’est notamment fondé sur les déclarations de l’avocat du site d’information Mediapart disant avoir communiqué avec l’Elysée peu après la révélation de l’affaire le 4 décembre et un appel au cabinet de François Hollande le 15 décembre d’un opposant politique de Jérôme Cahuzac.

Ces propos ont déclenché un tollé au sein de la majorité. Pierre Moscovici a fait savoir qu’il adressait à Charles de Courson un courrier répondant point par point à ses allégations.

La porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, a enjoint jeudi Charles de Courson de “respecter les règles” et d’”éviter d’aller distiller des doutes, des soupçons, des présupposés ici ou là”. “Qu’on arrête d’instrumentaliser plus que de besoin ce sujet”, a-t-elle dit sur France 2.

“M. de Courson cherche à se faire un nom, à se faire de la publicité, à se faire connaître. Ce n’est pas une commission d’interprétation qu’il préside, c’est une commission d’enquête”, a renchéri sur Europe 1 le sénateur socialiste François Rebsamen, un proche du chef de l’Etat.

Le président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale, Bruno Le Roux, s’est montré lui aussi très critique.

“J’ai suivi toutes les auditions, soit de façon directe soit en les regardant après. Je n’ai vu absolument aucune preuve, et donc M. de Courson me semble aujourd’hui en situation, lui qui est le président, de dire des choses très graves”, a-t-il dit sur i>TELE.

Service France, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below