July 1, 2013 / 7:49 AM / 5 years ago

F1: Rosberg gagne à Silverstone après une course folle

SILVERSTONE, Angleterre (Reuters) - L’Allemand Nico Rosberg a remporté dimanche un Grand Prix de Formule Un de Grande-Bretagne émaillé de rebondissements essentiellement dus à des défaillances spectaculaires de pneumatiques, qui ont notamment coûté la victoire à Lewis Hamilton.

L'Allemand Nico Rosberg a remporté dimanche le Grand Prix de Formule Un de Grande-Bretagne au terme d'une course émaillée par de nombreux rebondissements essentiellement dus à des défaillances spectaculaires de pneumatiques. Le pilote Mecedes a devancé sur la ligne l'Australien Mark Webber et l'Espagnol Fernando Alonso. /Photo prise le 30 juin 2013/REUTERS/Darren Staples

Le pilote Mercedes a devancé sur la ligne l’Australien Mark Webber et l’Espagnol Fernando Alonso au terme d’un après-midi qui aura vu l’actuel leader du championnat du monde, Sebastian Vettel, abandonner au 41e tour après avoir été lâché par sa boîte de vitesse alors qu’il était en tête.

Cette contre-performance de l’Allemand profite à son dauphin Alonso, qui revient à 21 points du triple champion du monde, à une semaine de “son” Grand Prix au Nürburgring.

Webber a connu une course étrange, également. Parti en deuxième ligne, le pilote Red Bull a pris un départ catastrophique qui l’a relégué à la 14e place et a dû batailler ferme tout au long pour arracher au final la deuxième place.

“C’est un jour très, très spécial”, a déclaré Rosberg après sa victoire, sa deuxième cette saison.

“Je suis désolé pour Lewis et pour tout le public britannique. Cela aurait pu être une course fantastique pour lui devant son public. Ce sont les aléas de la course”, a-t-il ajouté.

“MAGNIFIQUE COURSE, LEWIS”

Hamilton, qui avait survolé samedi les essais qualificatifs, a vu son rêve de s’imposer à domicile partir en fumée dès le huitième tour quand son pneu arrière gauche a éclaté alors qu’il était en tête.

Dépassé par quasiment toutes les autres voitures, le Britannique est reparti des stands en 21e position et c’est grâce à une fin de course extraordinaire de sa part qu’il a réussi à se classer quatrième sur la ligne d’arrivée.

“Magnifique course, Lewis”, lui a d’ailleurs dit son patron d’écurie Ross Brawn par l’intermédiaire de sa radio. “Désolé si cela n’a pas vraiment marché mais bien joué”, a-t-il poursuivi.

Hamilton n’a pas été le seul à voir l’un de ses pneus exploser en course. Le Brésilien Felipe Massa (Ferrari), le Français Jean-Eric Vergne (Toro Rosso) et les Mexicains Esteban Gutierrez (Sauber) et Sergio Perez (McLaren) ont également connu les mêmes mésaventures.

Déjà pointés du doigt depuis le début de la saison, les pneus Pirelli ont à nouveau pesé sur la course. Le fabricant italien a réagi en expliquant que cette fois-ci, il s’agissait d’un problème jusqu’ici jamais rencontré.

“C’est quelque chose de nouveau, un différent type de problème. Nous sommes en train d’effectuer des analyses. Il faut que l’on comprenne ce qu’il s’est passé aujourd’hui”, a dit à la presse le directeur de Pirelli pour le sport automobile Paul Hembery.

“Il s’agissait d’un pneu arrière gauche. Il faut que l’on comprenne ce qui est arrivé. Je n’ai pas tous les éléments en ma possession, je ne suis donc pas en mesure de vous en dire plus”, a-t-il ajouté.

Le meilleur français classé est Charles Pic, qui a terminé 15e, juste devant son compatriote Jules Bianchi. Romain Grosjean a quant à lui abandonné à un tour de l’arrivée.

Olivier Guillemain pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below