June 9, 2013 / 5:53 PM / 5 years ago

Un maire opposé au mariage gay menacé de révocation

Le maire divers droite d'Arcangues (Pyrénées-Atlantiques), Jean-Michel Colo, qui refuse de procéder à des mariages homosexuels, s'expose à une révocation s'il persiste dans son refus, a déclaré dimanche la porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem. /Phoot d'archives/REUTERS/Eric Gaillard

PARIS (Reuters) - Le maire divers droite d’Arcangues (Pyrénées-Atlantiques), qui refuse de procéder à des mariages homosexuels, s’expose à une révocation s’il persiste dans son refus, a déclaré dimanche la porte-parole du gouvernement.

Jean-Michel Colo a déclaré vendredi dernier au Journal du Pays Basque qu’il avait refusé à deux hommes de les unir au motif que la loi Taubira est “illégitime”. Il précise avoir informé le préfet qu’aucune union entre deux personnes de même sexe ne serait célébrée dans sa commune, l’ensemble des élus municipaux s’y refusant.

“On va voir comment va évoluer cette situation. Pour l’instant, on va indiquer au maire en question quelles sont ses obligations et s’il s’obstine, les sanctions seront prononcées”, a dit Najat Vallaud-Belkacem au “Grand Jury” RTL-LCI-Le Figaro.

“Le maire peut être suspendu, il peut même être révoqué (...) par le conseil des ministres”, a-t-elle rappelé.

“Par ailleurs, il y a des sanctions pénales. Cela peut aller jusqu’à un an de prison et 75.000 euros d’amende”, a précisé la porte-parole du gouvernement.

Sophie Louet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below