June 8, 2013 / 1:12 PM / 5 years ago

Hollande range France et Japon dans les puissances de demain

par Elizabeth Pineau

Les puissances installées comme la France et le Japon doivent être "à l'initiative" pour favoriser la croissance et l'innovation sans se laisser impressionner par le succès des pays émergents, a plaidé François Hollande samedi à Tokyo. /Photo prise le 8 juin 2013/REUTERS/Issei Kato

PARIS (Reuters) - Les puissances installées comme la France et le Japon doivent être “à l’initiative” pour favoriser la croissance et l’innovation sans se laisser impressionner par le succès des pays émergents, a plaidé François Hollande samedi à Tokyo.

Au dernier jour de sa visite d’Etat au Japon, le président français a prôné la confiance, clé de la relance, dans le pays où le gouvernement de Shinzo Abe défend une audacieuse politique basée sur un yen faible et un creusement de la dette.

Les troisième et cinquième puissances mondiales ne sauraient à ses yeux regretter un “âge d’or” à jamais perdu.

“Au Japon et en France, il y a en a toujours qui pensent qu’il y a eu un âge d’or hier ou avant-hier, que c’était le bon temps autrefois, quand il y avait ce sentiment d’une consommation qui progressait continûment”, a-t-il dit devant un parterre de représentants du monde des affaires japonais.

“Nous devons dire à nos opinions publiques que ce qui compte, c’est demain, ce n’est pas hier. Nous avons tous les atouts, tous les leviers pour donner confiance et espoir.”

Pour le président français, qui a aussi visité l’Inde et la Chine cette année, les grandes puissances d’hier ne doivent pas craindre la concurrence des pays émergents.

“Nous ne pouvons pas considérer que nous avons fait notre temps et que d’autres maintenant doivent tirer l’économie mondiale. C’est nous, toujours, qui devons être à l’initiative”, a-t-il estimé.

“Que des pays émergents nous rattrapent, ça fait partie de ce que nous avons toujours voulu pour le monde. Que certains puissent nous dépasser, ça fait partie de la compétition”, a ajouté le chef de l’Etat, alors que la France vient d’entrer en récession et que le Japon a dégagé 2% de croissance l’an dernier.

“Nous avons confiance dans le Japon, dans la relation entre l’Europe et le Japon et confiance dans notre avenir”, a encore martelé le président français en conférence de presse.

“LE TEMPS EST INCERTAIN”

François Hollande a appelé de ses voeux des coopérations industrielles dans l’énergie, le numérique, l’électronique ou l’agroalimentaire, à l’image des mariages franco-nippons réussis entre Renault et Nissan, Essilor et Nikon ou, plus récemment, entre Mitsubishi Heavy Industries, Areva et GDF-Suez pour la construction d’une centrale nucléaire en Turquie.

Interrogé par un Japonais sur ses relations avec la Chine, grand rival régional du Japon, François Hollande a demandé de ne pas lui demander de “choisir” entre les deux, rappelant sa “fierté” d’avoir été l’hôte des autorités japonaises.

Pour cette première visite d’Etat d’un président français au pays du soleil levant depuis Jacques Chirac en 1996, François Hollande s’est placé dans les pas de l’ancien président féru d’art et de civilisation asiatiques.

“Il y a toujours une continuité et je n’ai jamais conçu la politique étrangère comme une rupture”, a-t-il expliqué. La France est la France. De président en président, nous avons porté un certain nombre d’objectifs”.

Le volet culturel fut important à Tokyo, où le président a visité plusieurs musées et rencontré des artistes tels le créateur de la série animée “Albator”, Reiji Matsumoto, et les architectes japonais du bâtiment du musée du Louvre-Lens.

François Hollande a confié avoir évoqué avec l’empereur les anciens dirigeants français Vincent Auriol et François Mitterrand et parlé poésie avec l’impératrice Michiko.

Pas question, toutefois, de parler politique avec les gardiens du trône du chrysanthème, qui ont rencontré le couple présidentiel français à trois reprises.

“On parle de tout le reste, de culture, d’histoire, de littérature”, a confié François Hollande avant de repartir.

“La saison des pluies vient de commencer au Japon. Le temps est incertain”, a glissé l’empereur Akihito lors du toast porté au début du dîner d’Etat au palais impérial. Une formule qu’un conseiller diplomatique de François Hollande a invité “à méditer”.

Elizabeth Pineau, édité par Henri-Pierre André

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below