May 1, 2013 / 10:19 AM / 5 years ago

L'Europe défile contre l'austérité pour le 1er-Mai

MADRID (Reuters) - Des milliers de travailleurs confrontés à une baisse de leur niveau de vie et à l’envolée du chômage ont défilé mercredi contre l’austérité en Europe à l’occasion du 1er-Mai.

A Madrid. Les traditionnels défilés du 1er mai sont l'occasion pour des milliers d'Européens de dénoncer l'austérité imposée dans la zone euro. /Photo prise le 1er mai 2013/REUTERS/Juan Medina

A Madrid, les manifestants ont envahi la Gran Via, artère commerciale centrale de la capitale espagnole, en brandissant drapeaux et pancartes où l’on pouvait lire: “L’austérité ruine et tue” ou “les réformes sont du vol”.

“L’avenir de l’Espagne s’annonce terrible, nous revenons en arrière avec ce gouvernement”, a déclaré une ancienne fonctionnaire de 54 ans, Alicia Candelas, privée de travail depuis deux ans.

L’économie espagnole est en baisse depuis sept trimestres consécutifs et le taux de chômage y atteint un record de 27%.

Pour Candido Mendez, leader de l’UGT, l’une des deux grandes centrales syndicales qui ont appelé à manifester dans plus de 80 villes du pays, le fait qu’il y ait plus de six millions de chômeurs justifie plus que jamais de “descendre dans la rue”.

En Grèce, les transports ferroviaires et maritimes étaient à l’arrêt tandis que seuls les services d’urgence étaient assurés dans les hôpitaux en raison d’un appel à une grève de 24 heures lancé par les syndicats du public et du privé.

A Athènes, un millier de policiers ont été mobilisés pour faire face à d’éventuelles violences lors des défilés à l’appel des deux grands syndicats du pays, mais la manifestation s’est déroulée sans incident, rassemblant quelque 5.000 grévistes, retraités et étudiants devant le siège du parlement.

L’an dernier, 100.000 personnes s’étaient regroupées place Syntagma. Les syndicats s’attendaient eux-mêmes à une faible mobilisation, le 1er mai tombant juste avant la Pâque orthodoxe, ce qui signifie que les écoles et de nombreux employés sont en vacances.

“Notre message aujourd’hui est très clair. Assez de ces politiques qui abîment les gens, qui rendent les pauvres encore plus pauvres”, a commenté Ilias Iliopoulos, secrétaire général de l’Adedy, syndicat du secteur public grec.

“Le gouvernement doit retirer ses mesures d’austérité, le peuple ne peut en supporter davantage”, a-t-il ajouté.

Le parti communiste KKE a organisé un rassemblement séparé de plusieurs centaines de personnes sur la même place Syntagma, théâtre d’imposantes manifestations contre l’austérité dans le pays, en récession depuis six ans.

En Italie, plusieurs dizaines de milliers de personnes ont défilé dans les grandes villes pour réclamer une action du nouveau gouvernement d’Enrico Letta contre le chômage, qui atteint 11,5% de la population active et 40% parmi les jeunes, la fin des politiques d’austérité et la lutte contre l’évasion fiscale.

La plupart des manifestations se sont déroulées dans le calme. A Turin, des oeufs remplis de peinture noire ont été jetés sur les policiers.

Les syndicats allemands ont déclaré que 425.000 personnes avaient participé à plus de 400 défilés à travers le pays.

Michael Sommer, chef de la fédération syndicale DGB, a réclamé une hausse des salaires et estimé que l’Allemagne devait se montrer plus solidaire avec le reste de la zone euro.

“Nous ne pouvons pas permettre à ce continent d’être cassé par l’austérité”, a-t-il dit.

En France, les organisations défilaient en ordre dispersé après le refus de la CFDT, de la CFTC et de l’Unsa de s’associer à la manifestation organisée par la CGT, FSU et Solidaires à Paris.

Au centre de la discorde se trouve l’accord du 11 janvier sur le marché du travail conclu entre le patronat et trois syndicats, la CFDT, la CFTC et la CFE-CGC. (voir

Lors d’une audience générale au Vatican, le pape François a appelé les gouvernements à lutter contre le chômage, estimant que “le travail est fondamental pour la dignité de la personne”.

“Je pense à ceux, nombreux, pas seulement les jeunes, qui sont au chômage, très souvent en raison d’une conception purement économique de la société, qui recherche le profit égoïste, en ignorant les paramètres de justice sociale”, a-t-il dit.

En Turquie, des manifestants se sont heurtés aux milliers de policiers anti-émeutes qui leur interdisaient l’accès à la place Taksim dans le centre d’Istanbul.

Selon un photographe de Reuters, au moins six personnes ont été blessées au cours des échauffourées qui se sont produites.

Avec les rédactions de Madrid, Athènes, Rome, Berlin, Vatican, Istanbul, Marine Pennetier à Paris; Pierre Sérisier et Jean-Stéphane Brosse pour le service français, édité par Pascal Liétout

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below