April 29, 2013 / 9:43 AM / 7 years ago

L'armée française reste à la diète mais échappe au pire

par Patrick Vignal

L'armée française devra rester au régime sec dans les années qui viennent mais échappe pour l'instant au coup de massue redouté grâce notamment au succès de son intervention au Mali. /Photo prise le 25 janvier 2013/REUTERS/Jean-Paul Pélissier

PARIS (Reuters) - L’armée française devra rester au régime sec dans les années qui viennent mais échappe pour l’instant au coup de massue redouté grâce notamment au succès de son intervention au Mali.

Le nouveau Livre blanc de la défense remis lundi à François Hollande vise un équilibre entre la nécessité de préserver l’outil militaire et la participation à l’effort de redressement des finances publiques.

Mission accomplie selon le ministre de la Défense, qui a commenté le document définissant la stratégie de la France en matière de défense et de sécurité pour la période 2014-2019 devant un aréopage de personnalités concernées par le dossier réuni à l’Ecole militaire à Paris.

“C’est un Livre blanc d’ajustement au réel de notre programmation et de maintien de nos ambitions pour l’avenir”, a dit Jean-Yves Le Drian.

Le texte rédigé par une commission présidée par le diplomate Jean-Marie Guéhenno prévoit 24.000 réductions de postes supplémentaires, s’ajoutant à la poursuite de l’objectif de 55.000 départs à l’horizon 2015 fixé par le précédent Livre blanc, rédigé en 2008 sous la présidence de Nicolas Sarkozy.

Après ce dégraissage, l’armée française compterait encore environ 260.000 hommes, réservistes compris.

Le budget de la défense sera stable en 2014 à 31,4 milliards d’euros, soit 1,5% du PIB, ajoute le Livre blanc, qui prévoit de consacrer 179,2 milliards à l’effort de défense entre 2014 et 2019 et 364 milliards d’ici à 2025.

Le ministère de la Défense devra donc poursuivre sa politique de réduction des coûts avec un budget gelé vraisemblablement aussi en 2015.

ADIEU “SCÉNARIO NOIR”

Les grands programmes d’équipements militaires existants et prévus pour la période 2014-2019 sont maintenus mais des coupes budgétaires devraient réduire leur portée.

“La modernisation de certains équipements vieillissants, notamment les blindés, se fera à un rythme plus lent qu’initialement prévu”, a dit Jean-Yves Le Drian.

Le Livre blanc n’en affirme pas moins la volonté de protéger un secteur industriel qui représente 4.000 entreprises, emploie 165.000 personnes et réalise un chiffre d’affaires de près de 15 milliards d’euros.

Des hypothèses autrement plus alarmistes avaient circulé, notamment le fameux “scénario noir” avec la vente du porte-avions Charles de Gaulle, la suppression de 30 régiments, l’arrêt des chaînes de l’avion de combat Rafale et l’abandon de l’avion de transport A400M.

Cette perspective, dont la simple évocation a permis de rendre la pilule moins amère, ne deviendra donc pas réalité. Le mérite en revient en partie au lobbying actif des cercles militaro-industriels et des parlementaires de tous bords, écologistes exceptés, qui avaient menacé de ne pas voter le budget de la Défense s’il tombait sous la barre des 1,5% de PIB.

“Il y a eu, c’est vrai, des tentations radicales”, a confié lundi le ministre de la Défense. “Je m’y suis fermement opposé”.

Mais le coup de pouce le plus efficace pour les militaires est venu du Mali, où la France a démontré qu’elle pouvait encore pénétrer seule et en premier sur un théâtre d’opérations.

NOUVELLE DONNE

François Hollande a profité lundi d’une belle occasion d’agiter le bilan de la politique de Nicolas Sarkozy en rappelant qu’il manquerait fin 2013 quatre milliards d’euros sur le total d’efforts réclamé par l’actuelle loi de programmation.

“Ce que j’exige, c’est que les engagements que nous prenons soient respectés sur la durée sur au moins les cinq prochaines années”, a dit le chef de l’Etat. “Cela marquera une rupture avec le passé”.

Le quatrième Livre blanc de la Ve République avait à intégrer un contexte géostratégique anxiogène avec notamment les lendemains tendus des printemps arabes et l’instabilité du Sahel, illustrée par le conflit malien.

Le fait que les Etats-Unis abandonnent leur rôle traditionnel de protecteur de l’Europe pour se concentrer sur l’Asie a également été pris en compte. Priorité donc au territoire national et continental avec le traditionnel couplet sur l’Europe de la Défense, mais aussi à l’Afrique, où la France maintiendra des bases.

S’il ne remet pas en cause les grandes options stratégiques de la France, réaffirmant notamment les principes de la dissuasion nucléaire et de l’appartenance à l’Otan, le Livre blanc invite à composer avec une nouvelle donne.

Il met ainsi l’accent sur le renseignement et la cyberdéfense mais préconise aussi le renforcement des forces spéciales et l’acquisition de drones, ces avions de surveillance sans pilote indispensables dans les conflits modernes.

Le Livre blanc sera suivi de la Loi de programmation militaire, budget pluriannuel de la défense qui déclinera ses orientations et que le ministre de la Défense espère présenter en conseil des ministres durant la deuxième quinzaine de juillet.

Avec Julien Ponthus, Cyril Altmeyer et John Irish, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below