25 avril 2013 / 14:08 / il y a 5 ans

Trois morts dans une fusillade à Istres

MARSEILLE (Reuters) - Trois personnes ont été tuées et une autre a été blessée jeudi lors d‘une fusillade à Istres (Bouches-du-Rhône), à une vingtaine de kilomètres à l‘ouest de Marseille, a-t-on appris de source policière.

FUSILLADE MEURTRIÈRE À ISTRES

L‘auteur présumé des tirs a été interpellé en possession d‘une arme de gros calibre à proximité du lieu de la fusillade, qui s‘est produite peu après 14h00 (12h00 GMT) dans un quartier résidentiel d‘Istres, a-t-on précisé de même source.

Le tireur, âgé d‘une vingtaine d‘années, aurait fait feu au hasard sur les passants et les automobilistes, tuant trois hommes et blessant une femme légèrement à la tête.

Les victimes sont un homme d‘une cinquantaine d‘années et un autre âgé de 35 ans qui ont été touchés dans leur jardin. Un automobiliste d‘une trentaine d‘année a pour sa part été abattu au volant de son véhicule.

Aucun lien n‘existerait entre l‘agresseur et ses victimes.

“Rien ne permet de penser spontanément qu‘il y ait eu une cible identifiée en un seul lieu”, a affirmé à la presse le préfet de police des Bouches-du-Rhône, Jean-Paul Bonnetain. “S‘il y a un lien avec les victimes, il convient de l‘établir. Rien pour l‘instant n‘a permis de le faire”.

De source proche du dossier, on indique que l‘auteur des coups de feu souffrirait de troubles liés à la schizophrénie. Il a été interpellé sans heurt après avoir jeté son arme de type kalachnikov.

Il était connu des services de police pour des faits de petite délinquance, notamment pour port d‘armes prohibé.

“Il semblerait que cette personne avait une arme de gros calibre, une kalachnikov, et ait tiré dans la foule”, a dit le ministre de l‘Intérieur, Manuel Valls, lors d‘un point de presse à Paris avant de se rendre à Istres à la demande de François Hollande.

”C‘est évidemment très inquiétant et cela pose une nouvelle fois le problème de la circulation des armes“, a ajouté Manuel Valls. ”Vous savez que j‘en fais, là aussi, une priorité parce qu‘il y a beaucoup trop d‘armes qui circulent depuis des années, depuis la guerre des Balkans, depuis l‘éclatement de l‘ex-Yougoslavie.

Jean-François Rosnoblet, édité par Patrick Vignal

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below