March 28, 2013 / 11:09 AM / in 5 years

Dominique Bertinotti dénonce le vote du Sénat sur les allocations

PARIS (Reuters) - La ministre déléguée à la Famille, Dominique Bertinotti, a critiqué jeudi le vote la veille par le Sénat d’une proposition de loi UMP prévoyant la suppression des allocations familiales et de l’allocation de rentrée scolaire aux familles ayant perdu la garde de leurs enfants par décision de justice.

La ministre déléguée à la Famille, Dominique Bertinotti, a critiqué jeudi le vote la veille par le Sénat d'une proposition de loi UMP prévoyant la suppression des allocations familiales et de l'allocation de rentrée scolaire aux familles ayant perdu la garde de leurs enfants par décision de justice. /Photo prise le 29 janvier 2013/REUTERS/Charles Platiau

Le Sénat a adopté mercredi par 330 voix contre 16 une proposition de loi UMP avec l’appui de la quasi totalité des élus de gauche, dont les socialistes qui ont voté ce texte malgré l’opposition de la ministre.

Seuls le groupe écologiste et quatre élus PS ont voté contre cette proposition de loi présentée par les sénateurs UMP Christophe Béchu et Catherine Deroche.

“Ce vote est un mauvais signe donné à l’égard de familles qui sont déjà en très grande difficulté”, a déclaré jeudi Dominique Bertinotti sur Europe 1.

“Les enfants qui sont sortis de leurs familles, ce n’est jamais le produit de situations simples”, a-t-elle expliqué. “Aujourd’hui, lorsqu’il y a des mesures judiciaires, les juges décident pour partie ou pour totalité de confier ces allocations familiales aux personnes responsables de l’enfant, au conseil général”, a poursuivi la ministre.

L’UMP s’est réjouie du vote de ce texte contre l’avis du gouvernement. La députée UMP Valérie Pécresse a annoncé le dépôt d’une proposition de loi portant sur le même sujet et souhaité que le texte soit rapidement débattu à l’Assemblée afin qu’il soit appliqué dans les plus brefs délais.

“Ce texte équilibré préserve les intérêts des enfants car le juge sur saisine du président du conseil général pourra toujours décider de reverser une partie des allocations aux parents afin de faciliter le retour de l’enfant dans le foyer familial”, explique, dans un communiqué, l’ancienne ministre du Budget.

Emile Picy, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below