December 12, 2012 / 4:39 PM / 6 years ago

Filippetti fait de Pflimlin un bouc émissaire, juge l'UMP

PARIS (Reuters) - L’opposition a soutenu mercredi Rémy Pflimlin, le président de France Télévisions désavoué par sa ministre de tutelle Aurélie Filippetti, mécontente de ses choix en termes de programmation.

L'opposition a soutenu mercredi Rémy Pflimlin, le président de France Télévisions désavoué par sa ministre de tutelle Aurélie Filippetti, mécontente de ses choix en termes de programmation. /Photo prise le 28 novembre 2012/REUTERS/Philippe Wojazer

La ministre de la Culture a annoncé mercredi sur RTL avoir demandé à voir “très rapidement” Rémy Pflimlin pour lui réclamer un plan stratégique qui satisfasse les missions du service public en termes de diffusion de documentaires notamment.

La ministre a appelé la direction de France Télévisions à ne pas “se retrancher” derrière les contraintes budgétaires imposées par le gouvernement et s’est émue de la possible déprogrammation de l’émission “C’est pas sorcier”, destinée à susciter l’intérêt pour les sciences des plus jeunes.

Pour Franck Riester, secrétaire national de l’UMP, la ministre cherche à faire de Rémy Pflimlin un “bouc émissaire”.

“Par cette attaque d’une rare violence, la ministre veut faire porter le chapeau à la direction de France Télévisions (...) des décisions budgétaires catastrophiques prises par le gouvernement”, a indiqué ce dernier dans un communiqué.

“L’augmentation de la redevance, payée par tous les Français, ne sera pas suffisante pour compenser la baisse historique de la dotation budgétaire de l’Etat à France Télévisions dans le projet de loi de finances 2013”, a-t-il ajouté.

Michèle Tabarot, également secrétaire générale de l’UMP, a dénoncé des pratiques “d’un autre temps”.

“Ce n’est absolument pas le rôle de la ministre de décider, ni des programmes diffusés sur les antennes, ni de leur durée”, a dit la secrétaire générale du parti.

“Le gouvernement doit assumer ses décisions au lieu d’accuser le groupe France Télévisions et de prétendre qu’il peut conserver la même programmation et apporter le même soutien à la production alors que son budget baissera significativement en 2013”, a-t-elle ajouté.

Aurélie Filippetti a indiqué que la hausse de six euros de la redevance à 131 euros laissait cette dernière à des niveaux bien moindres qu’en Allemagne ou au Royaume-Uni.

La dotation de France Télévision a été revue à la baisse pour faire participer le groupe audiovisuel public à l’effort de redressement budgétaire, laissant craindre une baisse de la qualité des programmes.

La porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem a défendu Aurélie Filippetti, qu’elle juge “dans son rôle”.

“N’oubliez pas que les opérateurs de service public ont une tutelle qui est celle de l’Etat, qui leur fixe des priorités”, a-t-elle déclaré lors du compte-rendu du conseil des ministres.

Julien Ponthus, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below