October 28, 2012 / 10:28 PM / 6 years ago

Le parti du président en tête des législatives en Ukraine

KIEV (Reuters) - Le Parti des régions du président ukrainien Viktor Ianoukovitch semblait être en mesure de conserver sa majorité au parlement après les élections législatives de dimanche mais devra faire face à une opposition revigorée, selon les sondages réalisés à la sortie des urnes.

Dépouillement dans un bureau de Kiev. Le Parti des régions du président ukrainien Viktor Ianoukovitch arrive en tête aux élections législatives de dimanche et semble en mesure de conserver sa majorité au parlement, selon deux sondages sortie des urnes. /Photo prise le 28 octobre 2012/REUTERS/Gleb Garanich

Le Parti des régions (PR) a clamé victoire après deux enquêtes réalisées à la fermeture des bureaux de vote le donnant en tête avec un score compris entre 28% et 30,5% des voix pour la partie du scrutin de liste qui concernait la moitié des 450 sièges du parlement monocaméral.

Mais la grande surprise est venue du Parti nationaliste Svoboda (Liberté) qui, selon les sondages sortie des urnes, semblait certain d’obtenir une représentation au parlement pour la première fois. Il est crédité de 12% des voix pour la partie scrutin de liste. Basé dans l’ouest de l’Ukraine, il est férocement anti-russe et promeut l’usage de la langue ukrainienne dans le pays.

Cette performance de Svoboda renforcera les rangs de l’opposition qui comprend le bloc Opposition unie, constitué autour de Batkivchtchina (Mère-patrie), le parti de l’opposante emprisonnée Ioulia Timochenko et l’Alliance démocratique ukrainienne pour la réforme (Udar) du champion de boxe Vitali Klitschko. Celui-ci, très critique vis-à-vis du président Ianoukovitch pendant la campagne, devrait faire son entrée au parlement.

Mais bien que ces partis d’opposition aient sans doute remporté à peu près la moitié des sièges attribués au scrutin de liste, ils n’auront sans doute pas fait aussi bien pour l’autre partie des sièges à pourvoir dont on ne commencera à vraiment connaître la répartition que lundi.

Dimanche soir, aucune projection de l’attribution des sièges à partir des sondages n’était disponible. Mais le Premier ministre Mikola Azarov a déclaré que le parti au pouvoir étant le vainqueur sans conteste.

“Les données sortie des urnes parlent d’elles-mêmes, a déclaré Mikola Azarov aux journalistes. Il est clair que le Parti des régions a gagné. Ces élections montrent la confiance dans la politique du président.”

VERS UNE MAJORITÉ SIMPLE DU PR

Boris Kolesnikov, un vice-Premier ministre, est allé plus loin. Il a estimé que le PR emporterait deux tiers des sièges pourvu au scrutin uninominal, ce qui lui assurerait ainsi une majorité simple au parlement.

Mais Arseni Iatseniouk, ancien ministre de l’Economie et chef d’Opposition unie en l’absence de Ioulia Timochenko, a déclaré : “Les résultats sortie des urnes ont montré que le peuple d’Ukraine soutient l’opposition et non le gouvernement.”

Les candidats élus sur liste représentent la moitié des sièges à pouvoir. Les 225 sièges restants seront pourvus au scrutin majoritaire uninominal par circonscription, où sera proclamé vainqueur le candidat arrivé en tête avec au moins 30% des suffrages exprimés, ce qui devrait favoriser le Parti des régions.

Une victoire du Parti des régions devrait renforcer le leadership du président Ianoukovitch qui devrait être candidat à sa succession en 2015 et dont le mandat a été marqué par un renforcement très net de ses pouvoirs et un différend marqué avec l’Occident à propos du sort réservé à Ioulia Timochenko.

Ioulia Timochenko, l’opposante la plus célèbre du pays en raison de son rôle dans la “révolution orange” de 2004-2005, a été condamnée à sept ans de prison pour abus de pouvoir à propos d’un contrat gazier conclu avec la Russie en 2009 lorsqu’elle dirigeait le gouvernement au terme d’un procès qui, selon les capitales occidentales, relève de la justice sélective.

Les observateurs de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) ainsi que les associations de défense des droits de l’homme doivent s’exprimer lundi sur ces élections.

Au classement mondial établi en 2011 par l’organisation Transparency International, l’Ukraine arrive au 152e rang sur 183. Le cabinet Ernst & Young la considère pour sa part parmi les trois nations les plus corrompues de la planète, avec la Colombie et le Brésil.

Bertrand Boucey, Henri-Pierre André, Juliette Rabat, Agathe Machecourt et Danielle Rouquié pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below