October 18, 2012 / 10:15 AM / in 6 years

François Fillon dénonce la "culpabilité permanente" de la France

PARIS (Reuters) - François Fillon a dit jeudi en avoir assez de la “culpabilité permanente” de la France, au lendemain de la reconnaissance par François Hollande de la responsabilité du pays dans le massacre d’indépendantistes algériens à Paris en 1961.

François Fillon a déclaré jeudi sur Europe 1 en avoir assez de la "culpabilité permanente" de la France, au lendemain de la reconnaissance par François Hollande de la responsabilité du pays dans le massacre d'indépendantistes algériens à Paris en 1961. /Photo prise le 30 août 2012/REUTERS/Vincent Kessler

C’est la première fois qu’un chef de l’Etat français admet officiellement la responsabilité de la France dans la répression meurtrière de la manifestation du 17 octobre 1961.

Avant de se prononcer sur cet événement, François Hollande a de même reconnu en juillet la responsabilité du pays dans la rafle de juifs au “Vélodrome d’hiver” (Vel d’hiv) commise en juillet 1942 à Paris par la police française.

“J’en ai assez que tous les 15 jours la France se découvre une nouvelle responsabilité, mette en avant sa culpabilité permanente”, a déclaré l’ancien Premier ministre sur Europe 1.

“On est déjà dans un pays qui est en dépression nerveuse quasi permanente, on n’a pas besoin de ça”, a ajouté le candidat à la présidence de l’UMP. “Ce n’est pas au président de la République en permanence de faire ce discours de culpabilité qui vient sur un pays (...) dont vous sentez bien qu’il est fragilisé (...). C’est aux historiens de parler de ces sujets”.

Les propos du chef de l’Etat ont également été contestés par l’extrême droite. Le Parti communiste français a en revanche salué une victoire de l’anticolonialisme.

“C’est une victoire de tous les militants anticolonialistes et un coup porté à tous ceux qui cherchent aujourd’hui à réhabiliter les prétendus bienfaits de la colonisation”, écrit Pierre Laurent, secrétaire national du PCF dans un communiqué.

Il demande la déclassification des archives “pour que la vérité sur la responsabilité du pouvoir politique et du préfet de police de l’époque, Maurice Papon, puisse être totalement mise en lumière”.

Chine Labbé, édité par Gilles Trequesser

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below