October 17, 2012 / 6:13 PM / 6 years ago

Découverte d'une nouvelle exoplanète "proche" de la Terre

par Chris Wickham et Irene Klotz

Vue d'artiste de la planète en orbite autour d'Alpha du Centaure B. Des astronomes suisses ont découvert une nouvelle exoplanète, la plus proche connue de notre système solaire, ce qui accroît les chances de trouver un jour une planète habitable dans le voisinage de la Terre. /Image diffusée le 17 octobre 2012/REUTERS/ESO/L. Calcada/N. Risinger (skysurvey.org)/Handout

LONDRES/CAP CANAVERAL (Reuters) - Des astronomes suisses ont découvert une nouvelle exoplanète, la plus proche connue de notre système solaire, ce qui accroît les chances de trouver un jour une planète habitable dans le voisinage de la Terre.

Cette planète, d’une taille comparable à celle de la Terre, est située à quatre années-lumière, dans la constellation Alpha du Centaure. Elle n’abrite pas de vie en raison de sa proximité avec son soleil. Une température de 1.200 degrés Celsius règne à sa surface.

Les études montrent que si une planète est découverte dans l’orbite d’un soleil, il existe des chances que d’autres planètes gravitent dans ce système.

La découverte de notre “voisine” a été annoncée par les chercheurs Stéphane Udry et Xavier Dumusque de l’Observatoire de Genève dans la revue Nature.

“C’est une découverte marquante parce qu’elle possède une masse très faible et qu’elle est notre voisine la plus proche”, a commenté Stéphane Udry. “Son orbite est très proche de son étoile et elle doit être trop chaude pour permettre la vie telle que nous la connaissons, mais cela pourrait bien être une planète dans un système de plusieurs.”

40.000 ANS POUR Y PARVENIR

Les premières découvertes d’exoplanètes - celles hors de notre système solaire - datent du début des années 1990. Il en existe plus de 800 recensées mais celle repérée par les chercheurs suisses est la plus proche de la Terre.

Il sera toutefois très difficile de l’atteindre dans un proche avenir. Il faudrait 40.000 ans pour y parvenir compte tenu de la technologie scientifique disponible, estime Greg Laughlin, astronome à l’université de Californie.

Les astronomes ont pensé à des planètes en orbite autour de ces soleils depuis le 19e siècle, mais de petites planètes comme celle-ci sont difficiles à découvrir. La technologie ne permet leur découverte que depuis peu.

L’exoplanète a été découverte en utilisant les instruments HARPS sur un télescope à l’Observatoire européen austral sur le site de La Silla au Chili. Cet appareil est capable de détecter des variations infimes dans la couleur de la lumière provenant d’une étoile hôte quand elle oscille sous l’effet de la gravitation de planètes en orbite.

Alpha du Centaure est un système à trois étoiles constitué de deux étoiles similaires à notre soleil et d’une naine rouge appelée Proxima du Centaure. La planète découverte tourne autour d’Alpha du Centaure B.

Certains chercheurs font toutefois part de leur scepticisme.

“J’ai toujours des doutes”, confie l’astronome Artie Hatzes de l’observatoire de Tautenburg (Thuringe) en Allemagne.

Selon lui, l’oscillation détectée dans l’étoile pourrait être causée par une d’autres facteurs, et notamment par des taches solaires. Aussi estime-t-il que d’autres chercheurs doivent vérifier les données publiées dans Nature.

Xavier Dumusque se veut confiant. “Nous avons envisagé dans cette analyse toutes les explications possibles connues, y compris le bruit des instruments et l’origine stellaire. Au final, l’explication planétaire est la plus probable.”

Chris Wickham, Pierre Sérisier et Danielle Rouquié pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below