October 10, 2012 / 12:12 PM / 6 years ago

L'exécutif minimise le vote étriqué du traité européen

PARIS (Reuters) - François Hollande et Jean-Marc Ayrault se sont félicités mercredi du vote en faveur du traité budgétaire européen la veille à l’Assemblée nationale, avec une majorité de voix de gauche obtenue de justesse, a rapporté la porte-parole du gouvernement.

Malgré une majorité de voix de gauche obtenue de justesse, François Hollande et Jean-Marc Ayrault se sont félicités mercredi du vote en faveur du traité budgétaire européen la veille à l'Assemblée nationale, a rapporté la porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem lors du compte rendu du conseil des ministres. /Photo prise le 9 octobre 2012/REUTERS/Charles Platiau

Les députés français ont adopté mardi par 477 voix contre 70 le projet de loi autorisant la ratification du traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG) au sein de l’Union économique et monétaire. La gauche a rassemblé 282 voix, permettant de justesse la ratification du texte sans les voix de l’UMP, dont 167 élus ont voté pour.

Grâce à ce vote, “la France est en mesure de faire entendre sa voix et l’Union européenne de se renforcer”, a déclaré Najat Vallaud-Belkacem lors du compte rendu du conseil des ministres.

Lors de ce conseil, a-t-elle poursuivi, “le président a remercié le Premier ministre et les ministres investis dans ce dossier” et rappelé “les conséquences immédiates d’un vote” que sont notamment la mise en place d’un Mécanisme européen de stabilité (MES), des nouvelles règles d’intervention de la Banque centrale européenne (BCE) et d’une taxe sur les transactions financières, que 11 Etats sont prêts à adopter.

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a salué le vote en estimant que les parlementaires de gauche avaient apporté “un soutien clair et sans ambiguïté” mais que “la bataille n’était pas finie”, a encore rapporté la porte-parole.

Najat-Vallaud Belkacem s’est réjouie que “90% des membres du groupe socialiste ont soutenu de façon ferme et sans ambiguïté la politique européenne du gouvernement”.

Elizabeth Pineau et Julien Ponthus, édité par Gilles Trequesser

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below