October 5, 2012 / 7:48 AM / 6 years ago

La mère de deux suspects d'Echirolles donne sa version des faits

LYON (Reuters) - La mère des deux jeunes militaires interpellés dans l’affaire d’Echirolles et elle-même placée un temps en garde à vue a raconté vendredi matin sa version de la rixe mortelle.

Hommage aux victimes de la rixe d'Echirolles, près de Grenoble, dans laquelle Kevin et Sofiane ont été tués. La mère des deux jeunes militaires interpellés et elle-même placée un temps en garde à vue a raconté vendredi matin sa version des faits. /Photo prise le 2 octorbe 2012/REUTERS/Emmanuel Foudrot

“Mon fils Sid Ahmed, qui est militaire, s’est disputé avec un autre jeune pour un mauvais regard. Depuis mon balcon, j’ai vu mon fils se faire tabasser, j’ai appelé Mohamed qui était rentré de l’armée pour le week-end”, a expliqué sur RTL cette mère de famille âgée de 46 ans.

“Il se trouvait dans un centre commercial et a dit qu’il arrivait tout de suite. Entre-temps, Sid Ahmed est revenu à la maison”.

Le grand frère fera ensuite partie de l’opération punitive avec des jeunes du quartier de la Villeneuve de Grenoble, qui a fait deux morts, pendant que le plus jeune se fera soigner à l’hôpital.

“Quand Mohamed est rentré après la tuerie, il m’a dit : ‘tu sais maman, là-bas, il y a eu des morts. Quand j’ai vu les gens commencer à taper un des jeunes à coups de marteau, j’ai eu un voile blanc devant les yeux et j’ai commencé à sortir de l’embrouille’”, a ajouté la mère des deux militaires.

En découvrant sur internet que la bagarre s’était effectivement soldée par des morts, les deux frères ont décidé de quitter Grenoble pour rejoindre leurs bataillons à Varces et Hyères.

Mohamed aurait également dit à sa mère ne pas avoir porté de coups et que l’une des victimes, Sofiane “était un copain”.

Cette mère de famille dit aujourd’hui pleurer la disparition de Kevin et Sofiane.

“Ils n’y étaient pour rien, les pauvres”, a-t-elle dit. “C’est comme si c’étaient mes enfants que j’avais perdus. Quel gâchis. (...) C’étaient des jeunes gentils avec des diplômes”.

Elle indique pour finir que son mari a fait ses valises au lendemain du drame pour partir dans son pays d’origine, l’Algérie, la laissant seule avec ses cinq enfants.

Mohamed, 20 ans, son fils ainé a été mis en examen pour “assassinat” jeudi soir. Sid Ahmed, 19 ans, a été libéré après avoir pu prouver qu’il était hospitalisé au moment de la bagarre mortelle.

Catherine Lagrange, édité par Patrick Vignal

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below