October 4, 2012 / 5:43 AM / in 6 years

Ligue des champions: Camara, héros de Montpellier à Schalke

GELSENKIRCHEN, Allemagne (Reuters) - Souleymane Camara a permis à Montpellier, bien que réduit à 10 à la 55e minute, d’aller arracher le match nul 2-2 sur le terrain de Schalke 04, lors de la deuxième journée de la phase de groupe de la Ligue des champions.

Christian Fuchs de Schalke 04 à la lutte avec le Montpelliérain Garry Bocaly (à droite), à Gelsenkirchen. Bien que réduit à 10 avec l'expulsion de Bocaly, Montpellier est parvenu à égaliser à 2-2 mercredi dans la dernière minute du match qui l'opposait à Schalke, lors de la deuxième journée de la phase de groupes de la Ligue des champions. /Photo prise le 3 octobre 2012/REUTERS/Ina Fassbender

L’attaquant sénégalais a marqué à la 90e minute à la Veltins-Arena de Gelsenkirchen, pour quitter la dernière place du groupe B qu’occupe seul désormais l’Olympiakos, battu 3-1 à l’Emirates Stadium d’Arsenal.

“Félicitations à tout le groupe. On y a cru jusqu’au bout. Sur le but, j’étais tout seul, Jonathan (Tinhan) a voulu mettre la balle, il a été contré et j’ai rattrapé. C’est le travail de tout le groupe”, a modestement dit sur beIN sport, Camara.

Son entraîneur, René Girard, n’a pas tari d’éloges sur son attaquant. “Il n’y a que Souleymane pour faire des trucs pareils, sortir un but venu d’un autre monde, ce sont des buts importants, pour lui, cela doit être énorme et pour le club c’est quelque chose de fantastique”, a-t-il dit en conférence de presse, avant de regretter la suffisance dont avaient fait preuve les Allemands.

“Je crois que c’est un match qui va nous faire du bien (...) Finir à dix, comme cela... Je pense que cette équipe nous a manqué de respect, à commencer par le coach (Huud Stevens), virulent. Quand on ne respecte pas une équipe, on le paie, c’est un scénario superbe.”

Comme contre Arsenal il y a 15 jours à la Mosson, Montpellier, champion de France en titre mais actuellement 13e de la Ligue 1, a ouvert le score sur le terrain du club allemand.

A la 13e minute, Karim Aït-Fana, servi par Rémy Cabella, a contrôlé le ballon à l’entrée de la surface après avoir crocheté le Japonais Atsuto Uchida et livré une frappe enroulée du droit pour permettre aux hommes de René Girard de prendre les rênes de la rencontre.

Mais, comme contre l’équipe d’Arsène Wenger lors du premier match de la phase de groupe de la compétition, cet avantage a été de courte durée. A la 26e minute, le jeune Julian Draxler a remis les deux équipes à égalité.

Sur une passe de l’attaquant néerlandais Klaas-Jan Huntelaar, le milieu de terrain de 19 ans a effacé deux défenseurs héraultais puis trompé le gardien Geoffrey Jourdren, d’un tir croisé à ras-de-terre.

“PAS PLUS COUILLONS QUE LES AUTRES”

A la mi-temps, les deux formations se sont séparées sur ce score de parité, permettant à Montpellier d’entretenir l’espoir face au quatrième de la Bundesliga.

Un espoir qui n’allait durer que 10 minutes en deuxième période.

A la 55e minute, le défenseur de Montpellier Garry Bocaly s’est rendu coupable d’un croche-pied sur Draxler à l’entrée de la surface de réparation, ce qui lui a logiquement valu un carton rouge synonyme d’expulsion.

Huntelaar s’est chargé de réparer l’affront pour donner l’avantage à Schalke. Draxler a, lui, été évacué sur une civière - vraisemblablement touché au bras - et remplacé par le milieu de terrain néerlandais Ibrahim Affelay.

Dès lors, à 10 contre 11, la tâche de l’équipe du président Louis Nicollin est devenue mission impossible. Ses joueurs n’ont cependant pas baissé les bras, à l’image de Jourdren qui, à la 65e minute, a repoussé avec autorité une frappe de Huntelaar.

Les Allemands, demi-finalistes de l’épreuve en 2011, ont eu beau faire le forcing, ils ne sont pas parvenus à percer la défense du club français et c’est finalement Camara qui a libéré les siens alors que la situation paraissait désespérée.

Montpellier, qui dispute la première Ligue des champions de son histoire, quitte ainsi la dernière place du groupe B et pointe en troisième position derrière Arsenal, seul en tête, et Schalke.

L’Olympiakos est dernier avant sa double confrontation avec Montpellier, à la Mosson, le 24 octobre, puis en Grèce le 6 novembre.

“On n’avait pas pris de point à la maison contre Arsenal, j’avais dit que un point ou trois, ce serait un bon résultat, je suis très content, la Ligue des champions continue, mais l’Europa League aussi”, a conclu Girard.

“Il reste deux confrontations Arsenal-Schalke qui peuvent se neutraliser, alors pourquoi pas, on a vu que sur les deux matches, on n’était pas plus couillons que les autres, on est là, que cela plaise ou pas, avec beaucoup de courage, On ne pourra pas nous enlever ça.”

Karolos Grohmann, Chrystel Boulet-Euchin pour le service français, édité par Jean-Stéphane Brosse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below