September 14, 2012 / 5:28 PM / 6 years ago

Au moins trois morts à Tunis devant l'ambassade américaine

par Tarek Amara

Trois personnes au moins ont été tuées et 28 autres blessées vendredi dans des affrontements avec les forces de l'ordre autour de l'ambassade des Etats-Unis à Tunis par des manifestants dénonçant le film anti-islam "L'innocence des musulmans", selon la télévision publique tunisienne. /Photo prise le 14 septembre 2012/REUTERS/Zoubeir Souissi

TUNIS (Reuters) - Trois personnes au moins ont été tuées et 28 autres blessées vendredi à Tunis lors d’affrontements avec la police tunisienne aux abords de l’ambassade américaine, rapporte la télévision publique tunisienne.

Selon un journaliste de Reuters, une partie des manifestants, qui s’étaient rassemblés pour dénoncer le film anti-islam “L’innocence des musulmans”, ont réussi à franchir le mur d’enceinte de l’ambassade. L’un d’entre eux a lancé un ordinateur par la fenêtre. D’autres ont incendié des arbres et brisé des fenêtres. Un grand feu était visible à l’intérieur de l’enceinte.

Les manifestants, qui étaient plusieurs centaines et pour beaucoup salafistes, ont également mis le feu à l’Ecole américaine voisine, qui était fermée. Ils y ont dérobé des ordinateurs portables et des tablettes tactiles.

Cette manifestation, qui a eu lieu après la grande prière hebdomadaire du vendredi, a été organisée par des militants islamistes via Facebook, rapidement soutenus par l’antenne locale du mouvement islamiste Ansar al Charia, dont la faction libyenne est soupçonnée d’être derrière le meurtre de l’ambassadeur des Etats-Unis en Libye et de trois autres Américains mardi soir à Benghazi.

Le parti islamiste modéré Ennahda, au pouvoir en Tunisie, avait lui appelé à ne pas prendre part à ces protestations.

Les manifestants, armés de bombes incendiaires, de pierres et de bâtons ont chargé les forces de l’ordre qui protégeaient l’ambassade américaine, obligeant de nombreux policiers anti-émeute à battre en retraite, avant d’envahir l’enceinte.

La police a répliqué en courant après les manifestants et en leur tirant dessus, même s’il n’a pas encore été déterminé s’il s’agissait de balles réelles ou en caoutchouc.

“Obama, Obama, nous sommes tous des Oussama”, scandaient les manifestants, en référence à l’ancien chef d’Al Qaïda, Oussama ben Laden.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below