September 10, 2012 / 2:57 PM / 7 years ago

Un milliard d'euros de projets culturels arrêtés ou suspendus

PARIS (Reuters) - La ministre de la Culture a annoncé l’arrêt ou la suspension en France d’un milliard d’euros de projets culturels entamés par le précédent gouvernement dans le cadre des mesures d’économies décidées par François Hollande.

Aurélie Filippetti, la ministre de la Culture, a annoncé l'arrêt ou la suspension d'un milliard d'euros de projets culturels entamés par le précédent gouvernement dans le cadre des mesures d'économies décidées par François Hollande. /Photo prise le 14 juillet REUTERS/Charles Platiau

Dans une interview au journal Le Monde, daté du 11 septembre, Aurélie Filippetti estime ne pas avoir été “maltraitée” dans les arbitrages, tout en refusant de confirmer le chiffre d’une baisse de 3% de son budget.

“On traverse une crise économique d’une gravité inouïe, tout le monde doit être mis à contribution”, explique-t-elle.

Dimanche, François Hollande s’est engagé à réduire de 10 milliards d’euros les dépenses de l’Etat, précisant que seulement trois ministères étaient prioritaires : éducation, sécurité et justice.

Parmi les projets culturels arrêtés ou suspendus, figurent la création d’un musée de la photo à l’Hôtel de Nevers à Paris, celle du Centre d’art pariétal Lascaux 4 et celle d’une salle supplémentaire pour la Comédie française.

De même, la ministre confirme l’arrêt de la Maison de l’histoire de France, chère à l’ancien président Nicolas Sarkozy.

Pour la photographie à Arles, le déménagement de l’École de photographie aura lieu, mais la seconde phase du projet “doit être réexaminée”, ajoute Aurélie Filippetti.

En ce qui concerne l’hôtel de la Marine, place de la Concorde, “tout est suspendu au calendrier du ministère de la Défense, qui doit d’abord quitter les lieux”, précise-t-elle.

L’UMP PARLE DE CASSE DU RESSORT CULTUREL

La ministre dit avoir réussi à préserver la spécificité des mécanismes de l’exception culturelle, comme le Fonds de soutien pour le cinéma français, ainsi que l’enveloppe du spectacle vivant et des arts plastiques.

Elle reconnaît que le fonds de roulement du Centre national du cinéma (CNC) va être amputé “de façon importante”, sans confirmer les sommes évoquées comprises entre 120 et 150 millions d’euros.

Dans ces conditions, elle annonce aussi l’arrêt du projet, annoncé fin 2011 par Nicolas Sarkozy, de nouveau Centre national de la musique qui aurait été financé par les excédents du CNC.

“Nous n’avons pas réellement besoin d’un nouvel établissement public qui nécessiterait, en plus des ressources, 50 millions d’euros”, dit-elle.

La députée UMP Michèle Tabarot, qui présidait jusqu’en juin la commission des Affaires culturelles de l’Assemblée nationale, a réagi aux propos d’Aurélie Filippetti en accusant le gouvernement de “casser le ressort culturel de la France”.

“Le budget de la Culture, sanctuarisé par la précédente majorité, n’est malheureusement pas jugé prioritaire par le chef de l’Etat et la majorité socialiste”, dit-elle dans un communiqué.

“Il s’agit d’une erreur potentiellement lourde de conséquences (...) L’investissement culturel n’est pas une charge mais bien un vecteur de dynamisme humain et économique pour les territoires qui les accueillent.”

Gérard Bon et Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below