September 5, 2012 / 8:58 AM / 6 years ago

Les Français attendent plus d'enseignement contre le racisme

PARIS (Reuters) - Quarante ans après l’adoption de la loi Pleven qui réprime l’injure et la diffamation à caractère racial, les Français attendent de l’école plus de sensibilisation en la matière, d’après un sondage rendu public mercredi.

Quarante ans après l'adoption de la loi Pleven qui réprime l'injure et la diffamation à caractère racial, les Français attendent de l'école plus de sensibilisation en la matière, d'après un sondage OpinionWay pour la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra) rendu public mercredi. /Photo d'archives/REUTERS/Stephen Hird

Malgré une relative méconnaissance de la loi - 50% des personnes interrogées disent ne pas la connaître, et 39% la connaissent sans savoir précisément de quoi il s’agit -, plus de 8 Français sur 10 (85%) s’y disent favorables, selon cette étude OpinionWay pour la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra).

Les Français estiment à 69% que les citoyens sont les plus à mêmes de faire progresser la lutte contre le racisme, mais ils citent également l’école à 61%.

Une majorité estime ainsi que l’école n’enseigne pas suffisamment aux enfants ce qu’est le racisme (55%), l’arsenal juridique qui le punit (73%), ou encore les sanctions encourues (75%), tout en considérant à 57% que parents et école partagent à charge égale ce devoir d’explication.

“L’appel (que les Français) lancent à l’école de la République, en cette semaine de rentrée scolaire, est très clair”, écrit Alain Jakubowicz, président de la Licra, dans un communiqué.

Ce sondage est publié en pleine polémique sur l’enseignement de la “morale laïque” à l’école, voulu par le ministre de l’Education Vincent Peillon dès la rentrée 2013.

LA LICRA EN APPELLE À HOLLANDE

Adoptée à l’unanimité à l’été 1972, la loi Pleven prévoit des peines allant de l’amende à l’emprisonnement pour l’injure et la diffamation à caractère raciste et crée le délit de provocation raciale à la discrimination, à la haine ou à la violence.

Elle permet également aux associations antiracistes de se constituer partie civile. En 2011, la Licra l’a fait dans 81 procédures.

“On ne va pas éradiquer le fléau du racisme uniquement avec la loi, ce combat attend davantage des moeurs que des procès”, estime aujourd’hui Alain Jakubowicz.

“La loi Pleven était absolument nécessaire, il n’y a rien à y ajouter, rien à y enlever, mais maintenant, c’est une appropriation de cette loi par le corps social qui est nécessaire”, ajoute-t-il.

La Licra, qui consacre ses universités d’été des 7, 8 et 9 septembre au bilan de la loi Pleven, appelle de ses voeux une libération de la parole des victimes du racisme. Elle estime en effet que les chiffres officiels du racisme sont 10 à 20 fois inférieurs à la réalité de terrain.

L’association attend également une “prise de parole forte” du gouvernement sur le sujet.

“L’enjeu politique, c’est une prise de parole forte de la part du président, un grand discours fondateur ou refondateur sur l’unité nationale”, dit Alain Jakubowicz, qui craint qu’avec la crise économique, on voie “repoindre le nez horrible du bouc émissaire”.

Ce sondage a été réalisé en ligne du 22 au 24 août auprès d’un échantillon de 1.011 personnes représentatives de la population française âgée de 18 ans et plus.

Chine Labbé

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below