September 4, 2012 / 8:03 AM / 6 years ago

Bachar al Assad s'engage auprès du président du CICR

par Stephanie Nebehay

Le président de la Croix-Rouge internationale, Peter Maurer, a rencontré mardi Bachar al Assad. Le président syrien s'est engagé à autoriser le CICR à accroître son action humanitaire en Syrie. /Photo prise le 4 septembre 2012/REUTERS/Sana

GENEVE (Reuters) - Recevant à Damas le président du CICR, Bachar al Assad s’est engagé mardi à autoriser le Comité international de la Croix-Rouge à accroître son action humanitaire en Syrie, a annoncé le porte-parole de cette organisation internationale indépendante.

Peter Maurer a été reçu pendant 45 minutes par le chef de l’Etat syrien avec qui il a abordé la question d’une meilleure distribution de l’aide aux populations civiles victimes des violences. La reprise des visites de délégués du CICR aux personnes détenues dans des prisons, suspendues depuis mai, a également été évoquée.

Le président du CICR, a précisé son porte-parole, Hicham Hassan, a insisté sur la nécessité pour les personnes blessées d’avoir accès rapidement à des soins médicaux et d’accélérer les importations de médicaments, de vivres et d’équipements visant à réparer les systèmes d’adduction d’eau.

“Le président Assad a donné des engagements positifs à nos demandes”, a-t-il assuré en refusant d’aller dans les détails.

A Damas, la télévision syrienne rapporte qu’Assad a déclaré que la Syrie “se félicite du travail effectué par le CICR en territoire syrien tant qu’il est accompli de manière indépendante et neutre”.

D’après Hicham Hassan, le visiteur s’est rendu dans la campagne des environs de Damas où il a visité un centre du Croissant-Rouge arabe syrien (CRAS), rencontrant des blessés ainsi que des bénévoles.

Ce déplacement coïncide avec l’annonce par le Haut-Commissariat de l’Onu pour les Réfugiés d’une forte hausse de l’exode à l’étranger de Syriens au mois d’août : plus de 100.000 Syriens ont demandé l’asile politique dans les pays voisins - il s’agit-là du chiffre mensuel le plus haut depuis le début, en mars 2011, du soulèvement contre le régime de Damas.

Cela représente près de la moitié des 235.368 Syriens enregistrés, selon le HCR, comme réfugiés en Irak, en Jordanie, au Liban et en Turquie pendant le conflit.

CINQUANTE EMPLOYÉS SUR PLACE

“Le (chiffre d’août) est tout à fait étonnant et témoigne d’une escalade significative dans les mouvements de réfugiés et des demandeurs d’asile. Il illustre probablement une situation très précaire et violente à l’intérieur du pays”, a déclaré à la presse Melissa Fleming, porte-parole du HCR.

A la veille du voyage de trois jours en Syrie de Peter Maurer, le CICR avait indiqué qu’il aborderait “la détérioration rapide de la situation humanitaire” en Syrie et les difficultés rencontrées par les humanitaires dans ce pays.

Le CICR compte 50 expatriés et Syriens dans ce pays, tous confinés dans la capitale depuis la fin juillet en raison de violents combats. Le CICR n’a pas été en mesure d’envoyer un quelconque convoi d’aide pendant plus de deux semaines mais a réussi, à la fin de la semaine dernière, à envoyer des rations alimentaires et d’autres secours dans les campagnes des environs de Damas et de Homs pour être distribués par le CRAS.

Peter Maurer, qui s’est entretenu aussi mardi avec le vice-ministre syrien des Affaires étrangères, Fayçal Mekdad, devrait être reçu par le ministre de l’Intérieur, le général Mohamad Ibrahim. Il devrait poursuivre ses efforts pour obtenir un accès aux centres de détention, qui abriteraient, d’après des organisations de défense des droits de l’homme, des dizaines de milliers de personnes arrêtées pendant le conflit.

La Syrie avait ouvert ses prisons pour la première fois il y a presque exactement un an en vertu d’un accord obtenu par le prédécesseur de Peter Maurer, Jakob Kellenberger, lors du premier de ses trois déplacements à Damas.

Mais les délégués du CICR n’ont pu visiter les prisons centrales de Damas qu’en septembre 2011 et celles d’Alep en mai de cette année en dépit des assurances syriennes de l’époque.

On estime que le conflit a déplacé au total 1,2 million de personnes à l’intérieur du pays.

Avec Vincent Fribault à Genève et Dominic Evans à Beyrouth, Jean-Stéphane Brosse et Jean-Loup Fiévet pour le service français, édité par Gilles Trequesser

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below