August 29, 2012 / 7:48 AM / in 6 years

Assad juge "irréaliste" l'idée d'une zone tampon en Syrie

BEYROUTH (Reuters) - Le président syrien Bachar al Assad juge “irréaliste” la création d’une zone tampon en Syrie, évoquée par la Turquie et certains pays occidentaux pour accueillir les civils qui fuient les violents affrontements entre l’armée et les insurgés, selon des extraits d’une interview télévisée diffusés mercredi.

Bachar al Assad dans une mosquée de Damas à l'occasion des prières de l'Aïd el Fitr. Le président syrien juge "irréaliste" la création d'une zone tampon en Syrie, évoquée par la Turquie et certains pays occidentaux pour accueillir les civils qui fuient les violents affrontements entre l'armée et les insurgés, selon des extraits d'une interview télévisée diffusés mercredi. /Photo transmise le 19 août 2012/REUTERS/Sana/Handout

“Je pense que les discussions autour d’une zone tampon ne sont pas réalistes, même pour les pays hostiles à la Syrie”, a déclaré Assad, dans une interview à la chaîne syrienne Addounia, précisant qu’il s’exprimait depuis le palais présidentiel à Damas.

Face à l’afflux de réfugiés dans les pays voisins, et notamment en Turquie, Ankara a émis l’idée de créer une zone tampon qui serait mise en place sur le sol syrien pour accueillir les civils cherchant à fuir les affrontements entre l’armée et les rebelles.

Le président français François Hollande a fait savoir lundi que son pays soutenait la proposition d’Ankara.

Le chef de la diplomatie turque a dit s’attendre mercredi à ce que les Nations unies prennent des mesures concrètes en ce sens.

“Allons-nous revenir en arrière à cause de l’ignorance de certains responsables turcs? (Le peuple turc) est à nos côtés dans cette crise”, a déclaré Assad.

Alors que les combats continuent de faire rage, notamment à Alep et à Damas, le président syrien a estimé que la situation dans le pays était “meilleure” tout en reconnaissant que ses forces n’avaient pas encore gagné la bataille contre les insurgés.

“La Syrie est engagée dans une bataille régionale et mondiale (...) La situation est meilleure mais la bataille n’est pas encore gagnée (...) Je dis au peuple syrien que le sort de la Syrie est entre leurs mains”, a-t-il dit.

Assad, qui impute les violences à des groupes terroristes islamistes, a par ailleurs rendu un hommage appuyé aux forces de sécurité qui, selon lui, “font un travail héroïque.”

Dominic Evans, Marine Pennetier pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below