July 15, 2012 / 7:39 PM / 6 years ago

De violents combats signalés en plein jour dans Damas

par Erika Solomon

BEYROUTH (Reuters) - Des combats d’une violence sans précédent depuis le début de la crise syrienne ont éclaté dimanche en plein jour dans plusieurs quartiers du sud de Damas entre les forces de sécurité et des insurgés.

Les affrontements, qui impliqueraient des centaines de combattants, se sont concentrés sur les faubourgs de Tadamon et d’Hadjar al Assouad, à trois kilomètres seulement au sud de la mosquée des Omeyyades et se sont propagés à la nuit tombés à Al Laouan, un peu plus à l’ouest.

“Il y a des centaines de combattants à Damas en ce moment, nous allons voir ce qui va arriver”, a déclaré un militant joint par Skype.

Des rebelles présents dans la capitale ont indiqué que l’armée syrienne avait fermé la route vers l’aéroport et tentait d’encercler les combattants dans les quartiers de Tadamon et de Hadjar al Assouad, afin d’écraser la contestation à l’intérieur de la capitale.

“Si le régime parvient à écraser les combattants à Tadamon, les affrontements devraient cesser, mais si ce n’est pas le cas, ils pourraient gagner d’autres zones”, a poursuivi ce militant.

Selon de nombreux habitants contactés par Reuters, la capitale syrienne n’avait pas encore connu de tels affrontements depuis le début de la crise, en mars 2011.

D’après un militant de l’opposition, témoignant sous couvert d’anonymat, cette dégradation de la situation dans Damas était prévisible “après l’écrasement par l’armée de foyers de rébellion dans certaines banlieues de Damas, comme Douma”.

“Des milliers de combattants se trouvaient dans certaines de ces banlieues. Certains ont été tués mais un grand nombre d’entre eux ont pu fuir et ont pris la direction de Damas même”, a-t-il ajouté.

Des habitants ont fait état d’explosions sourdes, de tirs persistants, de hurlements de sirènes. Dans des vidéos retransmises en direct sur internet, on pouvait voir une épaisse fumée noire flotter au-dessus des toits de la ville.

“Je ne peux pas y croire, cela paraît incroyablement proche. J’entends des tirs et d’autres choses, comme des explosions. Je peux entendre le bruit des ambulances qui passent à toute vitesse. J’ai si peur. Des gens pourraient mourir ce soir”, a déclaré par téléphone un habitant d’un quartier proche de la zone des combats.

Les affrontements concernaient notamment le quartier pauvre d’Al Tadamon, après une nuit de fusillades dans un quartier voisin, Hadjar al Assouad, a déclaré à Reuters Samir al Chami, un opposant présent sur place.

“Il y a déjà des blessés et les habitants cherchent à prendre la fuite”, a-t-il dit via Skype, en montrant la fumée s’élevant par-dessus les toits. “Des véhicules blindés se dirigent actuellement vers la partie sud du quartier”, a-t-il précisé.

TERRAIN PROPICE À DES INCURSIONS

Comme d’autres résidents contactés par Skype, Samir al Chami a décrit les affrontements comme “les combats les plus intenses qu’(il) ait jamais entendus dans la capitale”.

“Ce quartier a essuyé beaucoup de combats(...) C’est presque un bidonville. Les gens qui y vivent sont pauvres. Il y a beaucoup de gens et beaucoup de terrains vagues autour de cette zone, c’est pourquoi il est facile pour les rebelles d’y entrer et d’en sortir furtivement”, a-t-il ajouté.

Une explosion a également frappé un bus des forces de sécurité dimanche dans la capitale, et blessé plusieurs personnes, selon des insurgés.

Les combats avaient déjà atteint les faubourgs de Damas ces dernières semaines, se concentrant dans les banlieues pauvres de la capitale où le ressentiment à l’égard des autorités est le plus fort. La semaine dernière, des mortiers ont été tirés dans la capitale, visiblement pour la première fois.

Des affrontements de plus en plus fréquents ont eu lieu la nuit, mais la tenue de combats en plein jour semble être un nouveau signe de la gravité du conflit.

D’après l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), qui compile les comptes-rendus des militants anti-Assad, des roquettes ont été utilisées lors des combats à Damas.

“On peut encore entendre des explosions et des tirs nourris dans les quartiers de Tadamon, Saïdi Qadad et Qazaz”, a ajouté l’OSDH, faisant référence à des quartiers situés dans le sud de la ville.

“Il y a de violents affrontements entre les forces du régimes et les rebelles dans ces zones. Des ambulances ont été vues en train d’évacuer des membres des forces du régime. Ces affrontements sont les plus violents qui ont jamais eu lieu à l’intérieur de la capitale, Damas.”

Eric Faye, Juliette Rabat et Henri-Pierre André pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below