July 15, 2012 / 7:39 AM / 6 years ago

Damas dément les accusations d'Annan sur le massacre de Tremsa

par Marwan Makdesi

Le porte-parole du ministère syrien des Affaires étrangères, Djihad Makdissi, a démenti dimanche à Damas les affirmations de Kofi Annan selon lesquelles le régime de Bachar al Assad aurait fait usage d'artillerie, de chars et d'hélicoptères à Tremsa, où l'opposition a fait état du massacre de 100 à plus de 200 personnes. /Photo prise le 15 juillet 2012/REUTERS/Khaled al-Hariri

DAMAS (Reuters) - Le régime syrien de Bachar al Assad a démenti dimanche les affirmations de Kofi Annan selon lesquelles il aurait fait usage d’armes lourdes ou d’hélicoptères à Tremsa, où l’opposition a fait état du massacre de 100 à 220 personnes.

Selon Damas, les commentaires de l’émissaire spécial de l’Onu sur les combats qui se sont déroulés à Tremsa étaient “hâtifs”.

Porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Djihad Makdissi a déclaré qu’au moins 37 combattants et deux civils avaient été tués dans les affrontements, qui ont éclaté au cours d’une opération des forces de sécurité contre ce village de la province d’Hama, utilisé, selon le régime, comme base arrière par les insurgés.

Les rebelles estiment que le nombre de victimes est compris entre 100 et 220, dont beaucoup de familles entières de Tremsa, où les observateurs de l’Onu ont fait état de violents combats jeudi.

“Les forces gouvernementales n’ont pas utilisé d’avions, ni d’hélicoptères, ni de chars ni de pièces d’artillerie. L’arme la plus lourde utilisée a été le (lance-roquette) RPG”, a déclaré Djihad Makdissi lors d’une conférence de presse à Damas.

“Ce qui s’est produit n’était pas un massacre (...), ce qui s’est produit était une opération militaire. Il y a eu des affrontements entre les forces de sécurité, dont le devoir est de défendre les citoyens et des forces lourdement armées qui ne croient pas en une solution politique”, a-t-il ajouté.

Une vidéo publiée par les insurgés et censée provenir du petit village montrait les corps ensanglantés et brûlés de jeunes hommes, qui pourraient être des rebelles.

Djihad Makdissi s’est également exprimé au sujet des rapports faisant état de la désertion du général Manaf Tlas, un membre du cercle intime de Bachar al Assad, précisant qu’il “était parti sans autorisation”.

C’est la première fois que le gouvernement syrien reconnaît sa disparition, mais le porte-parole n’a fait aucun commentaire au sujet des rapports signalant que le général aurait rejoint les rangs des insurgés.

UNE POSITION D’AUTODÉFENSE, NON D’ATTAQUE

L’émissaire spécial Kofi Annan, qui s’efforce de mettre en oeuvre un processus de paix en Syrie, a déclaré vendredi que la Syrie avait violé ses engagements envers les efforts de paix soutenus par les Nations Unies.

“Je suis choqué et consterné par les nouvelles provenant du village de Tremsa, près d’Hama, qui font état de combats intenses, d’importantes victimes et de l’utilisation confirmée d’armes lourdes telles que de l’artillerie, des tanks et des hélicoptères”, a déclaré Kofi Annan, qui verra mardi le président russe Vladimir Poutine.

“C’est une violation de la promesse faite par le gouvernement de cesser d’employer des armes lourdes dans les zones peuplées et une violation de son engagement de respect du plan en six points”, a-t-il ajouté.

Djihad Makdissi a rejeté les accusations de Kofi Annan, dont l’émissaire spécial a également fait mention dans une lettre adressée au ministre des Affaires étrangères, Walid al Moualem.

“Le moins que l’on puisse dire au sujet de cette lettre portant sur ce qui s’est passé à Tremsa est qu’elle ne s’appuie pas sur les faits. De la manière la plus diplomatique possible, nous disons que cette lettre a été rédigée de manière très précipitée”, a commenté le porte-parole.

Il a ajouté que les déclarations faites samedi par un groupe d’observateurs des Nations unies dépêché à Tremsa confirmaient la version syrienne des événements. Les observateurs avaient indiqué que la violence semblait être due à des attaques visant des rebelles et des militants de l’opposition.

Mais leur rapport soulignait aussi l’usage de l’artillerie et de mortiers. Un jour auparavant, le chef de la mission d’observation avait par ailleurs déclaré que, selon des observateurs présents dans la province, des hélicoptères de combat avaient été employés et des tirs aveugles avaient eu lieu.

“CONFLIT ARMÉ INTÉRIEUR”

Djihad Makdissi souligne que les accusations de violentes attaques étaient peu plausibles étant donnée la petite taille du village.

“Tout ce qui a été dit concernant l’utilisation d’armes lourdes dans l’attaque d’un village de moins de 100 hectares est tout à fait faux”, a-t-il dit, démentant que les villageois aient été visés. “Nous sommes en état d’autodéfense, pas en situation d’attaque.”

De violents combats ont été signalés dimanche en plein jour à Damas entre forces de sécurité syriennes et insurgés dans plusieurs quartiers du sud de la capitale, selon des opposants.

Un car des forces de sécurité syriennes a également été la cible d’une explosion dans Damas, faisant plusieurs blessés, d’après les insurgés.

Alors que la révolte de l’opposition syrienne contre le régime de Bachar al Assad entre dans son dix-septième mois, des responsables étrangers considèrent que l’insurrection présente désormais toutes les caractéristiques d’une guerre civile.

Le Comité international de la Croix rouge (CICR) a requalifié officiellement samedi le conflit syrien de “conflit armé intérieur”, une dénomination qui facilite les poursuites pour crimes de guerre en cas de violation du droit international humanitaire.

Marwan Makdesi, Juliette Rabat pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below