July 2, 2012 / 10:52 AM / 6 years ago

Election d'Enrique Pena Nieto et retour du PRI au Mexique

MEXICO (Reuters) - Enrique Pena Nieto n’a pas fait mentir les sondages en remportant l’élection présidentielle mexicaine, scellant le grand retour du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI) au pouvoir après une parenthèse de douze ans dans l’opposition.

Enrique Pena Nieto a largement remporté dimanche l'élection présidentielle au Mexique dont il était favori. Sa victoire marque le retour au pouvoir du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI) après douze années passées dans l'opposition. /Photo prise le 1er juillet 2012/REUTERS/Tomas Bravo

Avec ce succès, le PRI récupère un pouvoir qu’il a exercé pendant 71 ans avant de le perdre en 2000 au profit du Parti de l’action nationale et de son candidat Vicente Fox.

“Les Mexicains ont donné une nouvelle chance à notre parti. Nous allons l’honorer avec des résultats”, a déclaré Pena Nieto, visiblement ému, devant ses partisans réunis au siège du PRI à Mexico.

Le candidat du PRI, âgé de 45 ans, avait officialisé sa candidature il y a seulement quelques mois mais faisait la course en tête dans les sondages depuis deux ans et demi.

Juriste qualifié, bien préparé au combat électoral, Enrique Pena Nieto s’est fait connaître au poste de gouverneur de l’Etat de Mexico, le plus peuplé du pays, qu’il dirige depuis 2005.

Il tire sa notoriété aussi bien de ses relations étroites avec le monde des affaires et à la machine électorale du PRI que de son physique de séducteur et son mariage avec une célèbre actrice de telenovelas en 2010.

Même les révélations en janvier sur sa double vie de famille - il a eu deux enfants hors mariage - n’ont pas réussi écorner sa popularité.

UN PARTI RENOUVELÉ ?

Souvent associé à des affaires de corruption, de fraude électorale et de répression des contestataires, le PRI, qui a dominé la vie politique du Mexique pendant sept décennies, n’a pas laissé une très bonne image.

Aussi Enrique Pena Nieto a-t-il tout fait pour se distancier de ce passé, affirmant que le PRI était en pleine “renaissance”.

“C’est un parti qui est prêt à gouverner démocratiquement, dans la transparence et la responsabilité les plus totales”, avait-il assuré.

Créé après la révolution mexicaine, le PRI a posé les bases du Mexique moderne. Au départ socialiste, il a nationalisé l’industrie pétrolière dans les années 1930 avant d’évoluer vers le centre pour créer un modèle de gouvernement corporatiste jadis décrit comme “une dictature parfaite”.

Lors de la campagne, Enrique Pena Nieto a promis de réduire la violence générée par le trafic de drogue et de créer un plus grand nombre d’emplois, dans de meilleures conditions pour la population.

Il a également promis d’augmenter les impôts sur le revenu, de refondre la législation du travail dans un sens favorable aux entreprises et d’ouvrir à des investisseurs privés le capital du géant pétrolier mexicain Pemex, actuellement en difficulté.

Les voix les plus critiques mettent cependant en cause ses relations jugées trop étroites avec Televisa, le géant mexicain de la télévision, et avec le monde des affaires en général, craignant que sa présidence ne s’en trouve affaiblie.

“Il nous a été imposé par des intérêts puissants comme les chaînes de télévision, et les anciens présidents”, juge Javier Aguilar, un biochimiste de 62 ans. “Comment se fait-il qu’un pays aussi pauvre puisse abriter un homme aussi riche ?”, ajoute cet homme en faisant référence au milliardaire Carlos Slim, arrivé pour la troisième année consécutive en tête du classement des milliardaires de la planète publié par Forbes.

Dave Graham, Mica Rosenberg et Gabriel Stargardter, Hélène Duvigneau pour le service français, édité par Gilles Trequesser

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below