April 23, 2012 / 4:03 PM / 7 years ago

François Hollande veut "entendre" tous les électeurs

LORIENT, Morbihan (Reuters) - François Hollande a estimé lundi qu’il fallait se mettre à l’écoute de tous les Français, y compris des électeurs du Front national qui ont permis la percée de Marine Le Pen au premier tour de l’élection présidentielle.

S'exprimant à Lorient à l'occasion de son premier déplacement d'entre les deux tours, François Hollande, arrivé en tête au soir du premier tour, a estimé qu'il fallait se mettre à l'écoute de tous les Français, y compris des électeurs du Front national. /Photo prise le 23 avril 2012/REUTERS/Benoît Tessier

Le candidat socialiste, qui a viré en tête dimanche, devançant légèrement le président sortant, Nicolas Sarkozy, s’est rendu en Bretagne pour son premier déplacement d’entre les deux tours.

“Nous devons les entendre”, a-t-il dit à Quimper en évoquant “ces hommes et ces femmes qui ne savent plus vers qui se tourner” et qui vont “vers des vents mauvais”, allusion au score historique de 17,9% des voix obtenu par Marine Le Pen.

“Ce sont souvent des ouvriers qui se demandent de quoi le lendemain va être fait, ce sont souvent des retraités qui n’en peuvent plus, ce sont des agriculteurs qui craignent pour la survie même de leur exploitation, ce sont même aussi des jeunes qui se disent mais où est notre avenir”, a-t-il poursuivi.

Dans un second discours, à Lorient, dans le Morbihan, François Hollande, a estimé sans le nommer que le président sortant était responsable de la montée d’extrême droite.

“Le responsable de la montée de l’extrême droite, c’est celui qui a utilisé parfois les mots de l’extrême-droite pour essayer de contrecarrer sa progression. (...) C’est celui qui a fracturé un certain nombre de droits fondamentaux”, a-t-il dit.

“C’est celui qui a laissé le chômage atteindre plus de 10% de la population”, a-t-il poursuivi, “celui qui a laissé faire une politique européenne de libre-échange”.

“NOUS ALLONS GAGNER”

A Quimper, il a rendu hommage aux candidats du Front de gauche et d’Europe Ecologie-Les Verts.

“Nous devons rassembler la gauche, toute la gauche et j’ai apprécié qu’au soir du premier tour, les candidats Jean-Luc Mélenchon, Eva Joly disent immédiatement, sans rechigner, voilà, nous voulons la victoire de la gauche, nous voulons écarter le candidat sortant”, a-t-il dit. “Donc le rassemblement de la gauche, il est là, il est fait.”

Comparant les résultats de ce premier tour à ceux réalisés par la gauche à l’occasion des campagnes du président socialiste François Mitterrand en 1981 et 1988, le candidat PS s’est dit persuadé de sa victoire.

“Nous avons fait le meilleur résultat depuis François Mitterrand en 1988, nous avons même fait mieux que lui en 1981”, a-t-il dit. “En 1981, il avait gagné l’élection présidentielle, alors nous allons gagner l’élection présidentielle.”

“La vague elle monte, elle monte, elle monte tellement haut qu’il va la prendre en pleine face”, a-t-il ajouté, à l’adresse de Nicolas Sarkozy.

Revenant sur la proposition du président sortant d’avoir trois débats entre les deux tours, François Hollande a ironisé sur l’absence d’une telle proposition lors de la campagne de 2007 avec la candidate socialiste Ségolène Royal.

“Après le second tour, ce sera quatre débats ? Ce sera trop tard”, a-t-il plaisanté. Il a précisé qu’il mènerait un “grand débat comme il convient sur le bilan” du président sortant et “sur les projets respectifs”.

Pierre-Henri Allain, édité par Jean-Baptiste Vey

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below