March 5, 2011 / 2:49 PM / in 8 years

La bataille pour le contrôle de Zaouïah se poursuit en Libye

par Maria Golovnina

NOUVELLE ATTAQUE DES FORCES PRO-KADHAFI À ZAOUÏAH

ZAOUÏAH, Libye (Reuters) - Les forces fidèles au colonel Mouammar Kadhafi ont été repoussées samedi à deux reprises par les insurgés contrôlant la ville de Zaouïah, à 50 km à l’ouest de Tripoli, rapportent des habitants.

Au second jour de violents combats pour le contrôle de cette ville, les forces gouvernementales avaient tenté de reprendre l’initiative en ouvrant le feu sur la place centrale après avoir été contraintes dans la matinée de refluer.

Mais, selon les insurgés, la seconde attaque a également été repoussée. “Après l’attaque du matin, il ont de nouveau attaqué. Ils sont entrés par l’ouest et ont tiré des roquettes sur les immeubles de la place centrale”, a déclaré un porte-parole des insurgés, Youssef Chagane.

“Nous sommes en bonne position. Ils attaqueront de nouveau, cette nuit, pensons-nous”, a-t-il ajouté. En prévision de ce nouvel assaut, des dizaines de rebelles armés ont pris position sur les toits et dressé des barrages autour de la place centrale.

“Les combats se sont intensifiés et les chars bombardent tout sur leur chemin. Il ont bombardé des maisons. Maintenant, ils bombardent une mosquée où des centaines de gens sont réfugiés”, avait déclaré un peu plus tôt un habitant, Abou Akil.

“Nous ne pouvons venir au secours de personne car le pilonnage est trop intense”, avait-il expliqué à Reuters, tandis qu’un autre habitant faisait état de la présence de plus d’une vingtaine de chars.

“ILS ONT MASSACRÉ LES GENS”

Une trentaine de personnes, essentiellement des civils, ont péri au cours des seuls combats de la matinée, portant à plus de 60 le nombre de victimes ces dernières 48 heures, a déclaré un médecin.

Le centre de la ville portait les stigmates de la violence des combats: décombres fumants, verres brisés, immeubles calcinés. Sur la place centrale, quatre tombes de fortune ont été fraîchement creusées.

Les insurgés avaient prématurément fêté leur victoire, samedi matin, mais les forces fidèles à Kadhafi s’étaient regroupées hors de la ville et avaient reçu des renforts avant de relancer l’assaut.

“Quand je regarde autour de moi, ce n’est que destruction. Des immeubles bombardés, des voitures en feu, je ne peux même pas les compter”, a déclaré le médecin, interrogé au téléphone par Reuters au beau milieu du second assaut.

Selon des habitants, les partisans de Kadhafi ont fait irruption dans des immeubles d’habitation et tué les gens à l’intérieur pour pouvoir se poster sur les toits.

“Quand nous avons refusé de les laisser entrer, ils ont tué mon frère et aussi mon cousin”, déclare Walid, un habitant qui a préféré ne pas décliner son nom de famille.

Un véhicule calciné, près d'un char utilisé par des soldats de l'armée libyenne ayant fait défection, dans le centre de Zaouïah. Les forces fidèles au colonel Mouammar Kadhafi ont été repoussées samedi à deux reprises par les insurgés contrôlant cette ville située à 50 km à l'ouest de Tripoli. /Photo prise le 5 mars 2011/REUTERS/Ahmed Jadallah

“Ils ont massacré les gens. Mais nous disons à Kadhafi que chaque fois qu’un martyr tombe, dix autres prennent sa place”, a assuré un autre habitant, Abou Mohamed.

Durant les combats de samedi, les insurgés disent avoir pris deux chars et trois blindés et ils ont exhibé devant la presse six miliciens fidèles a Kadhafi.

Philippe Bas-Raberin et Marc Delteil pour le service français, édité par Jean-Stéphane Brosse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below