January 13, 2011 / 1:21 PM / 9 years ago

Aqmi revendique l'enlèvement des deux Français à Niamey

Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a revendiqué jeudi l'enlèvement, la semaine dernière, de deux Français dans un restaurant de Niamey, "Le Toulousain". Les deux otages ont été tués dans des circonstances non encore éclaircies, aux confins du Niger et du Mali. /Photo d'archives/REUTERS/Tagaza Djibo

DUBAÏ (Reuters) - Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a revendiqué jeudi l’enlèvement des deux Français, la semaine dernière au Niger, dans un enregistrement audio transmis à Reuters par courrier électronique.

“Un groupe de moudjahidine a mené vendredi 7 janvier une courageuse opération au coeur de Niamey, capitale du Niger, où ils ont pénétré dans le quartier diplomatique et sont parvenus à enlever deux Français”, y déclare Salah Abou Mohammed au nom du mouvement, sans préciser les circonstances de la mort des otages.

Leurs corps ont été découverts samedi après une opération des forces françaises et nigériennes, mais on ignore pour le moment s’ils ont été exécutés par leurs ravisseurs.

Lors de ses voeux à la presse, le Premier ministre François Fillon a assuré qu’ils avaient été “éliminés froidement”. Le résultat des autopsies, réalisées à l’Institut médico-légal de Paris, n’est cependant toujours pas connu. Une enquête judiciaire est en cours sous l’autorité du procureur de Paris.

Le gouvernement français, poursuit Abou Mohammed, “n’a rien appris de ses erreurs et a répété la même folie où deux batailles avaient déjà opposé les moudjahidine aux forces franco-nigériennes, ce qui a conduit à un échec retentissant de la tentative de sauvetage des otages”.

Les deux Français ont été enlevés en réponse “à l’attitude répressive de la France à l’égard des musulmans et à sa croisade en Afghanistan”, souligne-t-il.

Aqmi détient toujours cinq ressortissants français enlevés en septembre dernier sur le site d’’extraction d’uranium d’Arlit, dans le nord du Niger, et qui seraient détenus au Mali. Le mouvement a annoncé en juillet l’exécution de l’otage français Michel Germaneau, enlevé trois mois plus tôt au Niger.

Mahmoud Habboush, Jean-Philippe Lefief pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below