August 19, 2009 / 3:42 PM / in 11 years

Une sortie de Luc Chatel dans un supermarché a été mise en scène

PARIS (Reuters) - Un dialogue entre des clientes d’un supermarché et le ministre de l’Education Luc Chatel lundi dernier sur le thème du prix des fournitures scolaires a été mis en scène, reconnaît la société Intermarché.

Luc Chatel se dit étranger à cette mise en scène. La direction de la chaîne de supermarchés a publié un communiqué dans lequel elle assume la responsabilité de l’opération. Elle dit regretter cette initiative “inappropriée” et tente de dédouaner le ministre, auquel elle présente ses excuses.

“La direction d’Intermarché a pris l’initiative d’inviter un certain nombre de salariés à l’occasion de la venue des ministres dans l’un de ses magasins. Cette initiative est le seul fait d’Intermarché et en aucun cas ni le ministre ni ses collaborateurs n’y ont été associés ni même informés”, assure la société.

Des journalistes présents lundi dans le supermarché disent dans Libération de mercredi que les “ménagères” qui se trouvaient dans le rayon fournitures scolaires de l’Intermarché de Villeneuve-le-Roi (Val-de-Marne) sont arrivées dans la même voiture avant le ministre, et sont reparties de la même façon.

Une des consommatrices ayant parlé avec Luc Chatel, Virginie Meyniel, est une élue de Vulaines-sur-Seine, une commune voisine, apprend-on sur le site internet de cette municipalité.

CHATEL S’INDIGNE

Célia Quilleret, journaliste à France Info, a expliqué à Reuters qu’elle a interrogé Virginie Meyniel, qui lui a dit être là par hasard. Les fausses clientes attendaient le ministre, accompagné du secrétaire d’Etat au Commerce Hervé Novelli, au rayon des fournitures scolaires.

Lors de leurs dialogues avec le ministre, qui ont donné lieu à des reportages télévisés, elles ont ensuite exprimé leur satisfaction sur l’opération “Essentiels de la rentrée”, promue par le gouvernement, qui consiste à signaler les produits pouvant être achetés au même prix que l’année dernière.

Une porte-parole de Luc Chatel et le service de presse de l’UMP se sont d’abord refusés mercredi à tout commentaire.

Le ministère a ensuite diffusé des lettres adressées par Luc Chatel à Libération, France Info et France Inter dans lesquelles le ministre explique qu’il “condamne fermement le procédé” imputé à Intermarché.

“Cette initiative me choque parce qu’elle est à l’opposé de mes convictions et de mes pratiques”, écrit le ministre. Il n’a “jamais imaginé une mise en scène artificielle de nature à tromper le grand public ou la presse”, dit-il.

De tels déplacements, organisés par les services de communication pour fournir aux télévisions des images de dialogue entre ministres et “citoyens”, sont fréquents.

Le centriste Olivier Stirn, ministre du Tourisme, avait été contraint à la démission du gouvernement de gauche de Michel Rocard en 1990 après qu’il eut été découvert que des figurants avaient été rémunérés pour remplir la salle d’un colloque qu’il animait.

Thierry Lévêque, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below