for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
À la une

Le financier escroc Bernard Madoff condamné à 150 ans de prison

NEW YORK (Reuters) - Le financier américain Bernard Madoff, accusé d’une escroquerie évaluée à 65 milliards de dollars sans précédent dans les annales de Wall Street, a été condamné lundi à 150 ans de prison, la peine maximale prévue par la loi.

Devant la cour fédérale de Manhattan où a été jugé Bernard Madoff. Le financier a été condamné à 150 ans de prison pour une escroquerie considérée comme la plus importante de l'histoire financière américaine. /Photo prise le 29 juin 2009/REUTERS/Mike Segar

Cris de joie et applaudissements ont retenti à l’énoncé du verdict, prononcé par le juge Denny Chin. “La fraude est stupéfiante”, a souligné le magistrat, face auquel le prévenu, âgé de 71 ans, est resté impassible.

“Je ne peux avancer aucune excuse pour justifier mon comportement”, avait-il auparavant déclaré d’une voix calme.

“Comment excuser la trahison de milliers d’épargnants et d’investisseurs qui m’ont confié les économies de toute une vie?”, a poursuivi Bernard Madoff, assurant avoir vainement tenté de réparer ses méfaits.

“Plus j’essayais, plus je m’enfonçais”, a-t-il dit.

“Je vis maintenant dans le tourment, mesurant la peine et les souffrances que j’ai infligées.”

Plusieurs de ses victimes, qu’il a écoutées les yeux baissés, avaient invité le juge à la plus grande fermeté.

“Il n’a exprimé aucun remords (...) Son crime était prémédité et calculé. Il s’apprêtait à duper des investisseurs quelques jours encore avant son arrestation. S’il le pouvait, il continuerait à les voler”, a ainsi affirmé Tom FitzMaurice.

“Puisse votre cellule devenir votre cercueil”, lui a lancé Michael Schwartz.

“VINDICTE POPULAIRE”

Dans une note adressée vendredi dernier à la cour fédérale de Manhattan, les pouvoirs publics avaient estimé que “l’étendue, la durée et la nature des crimes” de Bernard Madoff devraient lui valoir la peine maximale.

“Une peine adéquate dans ce cas serait un emprisonnement de 150 ans ou (...) un nombre d’années de prison qui offre la garantie que Bernard Madoff y restera à vie”, lit-on dans cette note.

Les autorités judiciaires soulignent que le cas Madoff, par son ampleur, ne peut être comparé aux fraudes comptables qui ont défrayé la chronique récemment, comme celles de Worldcom ou d’Adelphia.

L’ex-directeur général de Worldcom purge une peine de 25 ans de prison et les anciens dirigeants d’Adelphia, John et Timothy Rigas, de respectivement 12 et 17 ans.

Dans des documents soumis au juge Denny Chin, rendus publics mardi dernier, l’avocat de Bernard Madoff estimait qu’une peine de 12 ans serait suffisante, se référant à des statistiques disant que l’escroc avait sans doute une durée de vie de 84 ans.

L’avocat, Ira Lee Sorkin, avait invité le juge à ne pas céder à la “vindicte populaire”.

Selon l’accusation, Bernard Madoff aurait réussi à escroquer au total 65 milliards de dollars sur une vingtaine d’années, avant la chute des marchés en 2008.

Quelques 4.800 comptes clients seraient concernés.

Parmi ses victimes, dont certaines se sont suicidées, se trouvent de nombreux particuliers fortunés du monde entier mais aussi des fonds d’investissements et des organisations caritatives.

Version française Pascal Liétout et Jean-Philippe Lefief

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up