25 juin 2009 / 12:35 / dans 8 ans

La campagne d'Edouard Balladur au coeur de l'enquête sur Karachi

par Thierry Lévêque

<p>Le financement en 1995 de la campagne pr&eacute;sidentielle d'Edouard Balladur, que soutenait alors Nicolas Sarkozy, est au coeur de l'enqu&ecirc;te sur l'attentat anti-fran&ccedil;ais de Karachi de 2002, confirme un document. /Photo prise le5 mars 2009/REUTERS/Jacques Brinon/Pool</p>

PARIS (Reuters) - Le financement en 1995 de la campagne présidentielle d‘Edouard Balladur, que soutenait alors Nicolas Sarkozy, est au coeur de l‘enquête sur l‘attentat anti-français de Karachi de 2002, confirme un document.

Ce courrier de 2007 du parquet de Paris, que Reuters s‘est procuré, mentionne la société Heine, créée au Luxembourg en 1994 par la Direction des constructions navales (DCN). Elle était destinée au versement de commissions officiellement légales à l’époque pour faciliter la conclusion des marchés d‘armement.

Citant des éléments de l‘enquête, le courrier du procureur envisage un lien avec le financement de la campagne électorale du Premier ministre de l’époque, Edouard Balladur, campagne que dirigeait Nicolas Sarkozy, ministre du Budget de 1993 à 1995.

Les juges d‘instruction Yves Jannier et Marc Trévidic pensent que c‘est l‘arrêt en 1996 puis en 2000 de paiements de commissions au Pakistan, en partie par cette structure luxembourgeoise de la DCN, qui aurait amené des militaires pakistanais à commanditer l‘attentat du 8 mai 2002.

Précipitant un véhicule bourré d‘explosifs sur un bus, un kamikaze avait tué à Karachi 14 personnes, dont 11 ingénieurs et techniciens français de la DCN, qui travaillaient sur place à la construction de sous-marins Agosta.

Le versement de “commissions” - souvent un alibi pour des opérations de corruption, officiellement déclaré illégal par la France en 2000 - avait bien été convenu dans ce contrat de sous-marins signé en septembre 1994, versé au dossier judiciaire et dont une reproduction est publiée jeudi par Libération.

LE PS VEUT UNE COMMISSION D‘ENQUÊTE

Le courrier du procureur Jean-Claude Marin consulté par Reuters détaille les faits découverts sur la société Heine.

“Plusieurs documents viennent interroger sur la nature exacte de cette activité en lien avec les pouvoirs publics”, écrit le procureur, qui fait référence à un document chronologique (1994-2004) d‘une page, non daté ni signé, racontant les circonstances de la création de la société Heine.

Ce document saisi à la DCN mentionne “l‘aval du directeur de cabinet du Premier ministre (Edouard Balladur - NDLR) et celui du ministre du Budget (Nicolas Sarkozy-NDLR) et laisse supposer des relations ambiguës avec les autorités politiques en faisant référence au financement de la campagne électorale de M. Balladur pour la présidentielle de 1995”, explique-t-il.

Le magistrat ajoute qu’à l‘appui des soupçons pesant sur la société Heine, il peut aussi citer les menaces proférées par ses dirigeants, dans le cadre de querelles internes, de “révéler la nature des missions qui leur avaient été confiées”.

Edouard Balladur ne bénéficiait pas en 1995 des financements de son parti, le RPR, réservés à Jacques Chirac.

L‘ancien Premier ministre a nié toute irrégularité dans une déclaration à France 3 le 18 juin. Nicolas Sarkozy a qualifié le 19 juin de “fable” l‘ensemble du scénario faisant état de commissions donnant lieu à des “rétrocommissions” en France.

Cependant, l‘arrêt du paiement de commissions au Pakistan et à d‘autres pays, après la victoire de Jacques Chirac sur Edouard Balladur en 1995, a été confirmé à Paris Match mercredi par Charles Millon, ministre de la Défense entre 1995 et 1997.

Il s‘agissait de “stopper le versement des commissions pouvant donner lieu à des rétrocommissions”, a-t-il dit.

Des auditions déjà menées au sein de la DCN laissent penser que les commissions promises au Pakistan prenaient aussi d‘autres circuits que la société Heine et s’élevaient à plusieurs dizaines de millions d‘euros au total.

Le collectif des familles de victimes entend demander les auditions d‘Edouard Balladur et Jacques Chirac.

“On espère aujourd‘hui que l‘affaire ne sera pas étouffée. D‘autres dossiers de ce genre l‘ont été mais là, il y a des familles avec des morts derrière, les politiques sont pas tout seul”, a dit Magali Drouet, porte-parole du collectif.

Le Parti socialiste a demandé la formation d‘une mission d‘information parlementaire.

“Toute la lumière doit être faite sur ce qui s‘est passé”, a dit la ministre de la Justice Michèle Alliot-Marie au Sénat jeudi. Elle a assuré que les juges avaient tous les moyens d‘agir.

édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below