for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
À la une

Menaces de mort contre Alain Juppé

BORDEAUX (Reuters) - L’ancien Premier ministre Alain Juppé, aujourd’hui maire de Bordeaux, a reçu des menaces de mort comme plusieurs autres personnalités politiques, a-t-on appris de source judiciaire.

L'ancien Premier ministre Alain Juppé, aujourd'hui maire de Bordeaux, a reçu des menaces de mort. Selon Sud-Ouest, une lettre contenant une balle de 9 mm est parvenue lundi matin à la mairie de Bordeaux à l'attention d'Alain Juppé. /Photo d'archives/REUTERS/Régis Duvignau

Une lettre contenant une balle de 9 mm est parvenue lundi matin à la mairie de Bordeaux à l’attention d’Alain Juppé, qui a déposé plainte, a indiqué le service de presse de la municipalité, confirmant une information du journal Sud-Ouest.

La section antiterroriste du parquet de Paris, le service antiterroriste de la brigade criminelle de Paris et la police judiciaire de Montpellier (Hérault) ont été saisis, a-t-on précisé de source judiciaire.

“Je reste tout à fait serein. Il appartient aux services de police d’analyser les choses, de prendre les mesures qui conviennent”, a déclaré Alain Juppé aux journalistes.

L’enveloppe en papier Kraft contenait un courrier qui visait également Nicolas Sarkozy, les ministres de la Justice, de l’Intérieur et de la Culture Rachida Dati, Michèle Alliot-Marie et Christine Albanel, ainsi que des élus UMP comme Jacques Blanc et Raymond Couderc, mais sans leurs prénoms.

La lettre intitulée “courrier unique pour tous et toutes”, porte les mentions “vous n’êtes que des morts en sursis” et “vous croyez disposer de nos vies et bien non, c’est nous qui disposons de la vôtre et de celles de vos familles et amis.”

Les termes “terre-solidarité” apparaîtraient également dans cette lettre, selon Sud-Ouest.

Deux autres élus UMP ont été récemment destinataires de menaces, dans les mêmes conditions, avant Alain Juppé.

Jacques Blanc, maire de La Canourgue (Lozère), sénateur UMP et ancien président du Conseil régional de Languedoc-Roussillon, et Raymond Couderc, maire de Béziers (Hérault), ont reçu des lettres similaires au mois de février.

La lettre adressée à Jacques Blanc contenait une balle de 9 mm, celle visant Raymond Couderc une balle de calibre 38. Les deux lettres contenaient aussi des menaces de mort à l’encontre du chef de l’Etat.

Le procureur de la République de Bordeaux, Claude Laplaud, a déclaré qu’il n’y avait pour l’instant aucune piste. L’hypothèse du geste d’un déséquilibré est examinée par les enquêteurs.

Alain Juppé n’a pas demandé d’autre protection que celle dont il bénéficie déjà en tant qu’ancien Premier ministre.

“Je n’ai pas l’intention de changer mon programme. Si vous commencez à lire les lettres anonymes, quand vous faites de la politique, on n’est pas sorti de l’auberge”, a-t-il dit.

“J’ai déposé plainte parce que c’est le processus normal. On ne sait jamais, il faut prendre date”, a-t-il dit, soulignant qu’il y a quelques années, un internaute en Allemagne lui avait envoyé des menaces de mort. “On a fini par l’identifier”, a-t-il dit.

Claude Canellas, édité par Sophie Louet

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up