for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
À la une

Cyclisme: Gardes à vue levées dans l'enquête sur Arkea-Samsic, Quintana nie toute pratique dopante

MARSEILLE (Reuters) - Le médecin et le kinésithérapeute placés en garde à vue lundi dans le cadre de l’enquête sur des soupçons de dopage “d’une petite partie” de l’équipe cycliste française Arkea-Samsic ont été libéré tard mardi soir, annonce mercredi le parquet de Marseille, qui précise que l’enquête se poursuit.

Le médecin et le kinésithérapeute placés en garde à vue lundi dans le cadre de l’enquête sur des soupçons de dopage "d'une petite partie" de l’équipe cycliste française Arkea-Samsic ont été libéré tard mardi soir. /Photo prise le 11 septembre 2020/REUTERS/Benoit Tessier

“Je vous informe que les deux gardes à vue ont été levées hier (mardi) soir en début de nuit, les intéressés ont été laissés en liberté”, déclare la procureure de la République de Marseille, Dominique Laurens, dans un communiqué.

“Ainsi que je l’ai déjà indiqué à plusieurs reprises, l’enquête est toujours en cours avec des investigations et des auditions devant être réalisées avant d’aboutir à une décision du ministère public sur la base de l’ensemble des éléments recueillis”, ajoute-t-elle.

Deux coureurs de l’équipe, dont son leader colombien, Nairo Quintana, ont également été entendus en audition libre dans le cadre de cette enquête.

L’enquête ouverte lundi porte sur des soupçons de dopage après la découverte de médicaments et d’une “méthode pouvant être qualifiée de dopante” lors de perquisitions intervenues lors du Tour de France.

Elle vise l’entourage de Nairo Quintana, le leader de l’équipe française.

Dans un communiqué diffusé sur son compte Twitter, le coureur colombien, qui a fini à la 17e place au classement général du Tour de France, à plus d’une heure du vainqueur, le Slovène Tadej Pogacar, déclare ne jamais s’être dopé et ajoute avoir répondu volontairement et “en toute conscience” aux questions des gendarmes.

“Je veux dire à l’opinion publique, à mes fans et aux amateurs de cyclisme que jamais au cours de toute ma carrière, en junior, chez les moins de 23 ans puis en professionnel, je n’ai utilisé de substances illégales qui améliorent mes performances sportives ou trahissent les principes du sport”, assure l’ancien vainqueur du Giro d’Italie et de la Vuelta, en Espagne.

“Je n’ai jamais utilisé de substances dopantes et aucune substance illégale n’a été trouvée dans l’enquête policière”, poursuit le coureur, qui ajoute que les substances saisies dans sa chambre d’hôtel de Méribel le 16 septembre dernier sont des “suppléments vitaminés parfaitement légaux qui ne sont peut-être pas familiers aux autorités françaises”.

Dans un communiqué diffusé mardi soir, le parquet de Marseille indiquait que “les éléments recueillis au cours des perquisitions nécessiteront des investigations complémentaires, notamment des analyses”.

“Il devra également être procédé à d’autres auditions”, ajoute le parquet.

Marc Leras avec Luis Jaime Acosta à Bogota; édité par Henri-Pierre André et Jean-Michel Bélot

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up