for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
À la une

Coronavirus: Près de 4.000 nouveaux cas en 24 heures en France

PARIS (Reuters) - La France a enregistré 3.776 cas confirmés supplémentaires de contamination par le nouveau coronavirus en 24 heures, a annoncé mercredi l’agence Santé Publique France (SPF), le chiffre quotidien le plus élevé depuis la fin du confinement généralisé en mai.

La France a enregistré 3.776 cas confirmés supplémentaires de contamination par le nouveau coronavirus en 24 heures. /Photo prise le 17 août 2020/REUTERS/Gonzalo Fuentes

SPF avait recensé 2.238 cas supplémentaires mardi.

Elle précise que 4.806 patients atteints du COVID-19 sont actuellement hospitalisés, soit 17 de moins que mardi. Le nombre de patients en réanimation a lui aussi diminué, passant à 374 contre 380 la veille.

Le nombre total de décès depuis le début de l’épidémie atteint 30.468, dont 19.957 en milieu hospitalier, soit une hausse de 162 en 24 heures, précise SPF.

“L’ensemble des indicateurs continuent leur progression et la transmission du virus s’accentue”, déclare de son côté la Direction générale de la santé (DGS) dans un communiqué.

“Elle concerne toutes les tranches d’âge et plus particulièrement les jeunes adultes.”

La DGS note aussi que près d’un tiers des départements français dépassent, depuis les sept derniers jours, le seuil de vigilance de 10 nouveaux tests positifs pour 100.000 habitants.

L’augmentation marquée des nouveaux cas d’infection au cours des dernières semaines a conduit de nombreuses municipalités à étendre les obligations de port du masque à l’extérieur.

A Toulouse, il sera ainsi obligatoire sur l’ensemble du territoire de la ville entre 07h00 et 03h00 du matin à partir de vendredi, ont annoncé mercredi la mairie et la préfecture.

Interrogé par l’hebdomadaire Paris-Match sur le risque d’un retour à un confinement généralisé, Emmanuel Macron confirme que les autorités privilégient “des stratégies très localisées, comme ce qui s’est passé en Mayenne, et allant jusqu’à un reconfinement ciblé qu’on pourrait instaurer si la situation l’imposait”.

Tout en évoquant une “anxiété légitime” des Français sur le sujet, le président de la République ajoute qu’”on ne peut pas mettre le pays à l’arrêt, parce que les dommages collatéraux d’un confinement sont considérables”.

“Le risque zéro n’existe jamais dans une société. Il faut répondre à cette anxiété sans tomber dans la doctrine du risque zéro”, poursuit Emmanuel Macron dans cet entretien à paraître jeudi.

Marc Angrand, édité par Jean-Philippe Lefief

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up