for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
À la une

"Impossible" que l'explosion de Beyrouth soit due à des armes du Hezbollah, selon Aoun

Il est "impossible" que l'explosion survenue le 4 août dans le port de Beyrouth soit due à des armes du Hezbollah, assure le président libanais Michel Aoun dans un entretien publié mardi par le Corriere della Sera. /Photo prise le 25 juin 2020/REUTERS

ROME (Reuters) - Il est “impossible” que l’explosion survenue le 4 août dans le port de Beyrouth soit due à des armes du Hezbollah, assure le président libanais Michel Aoun dans un entretien publié mardi par le Corriere della Sera.

Une enquête est en cours pour en déterminer la cause de cette gigantesque déflagration qui a fait 178 morts, 6.000 blessés et 300.000 sinistrés. Selon les autorités libanaises, elle est due à la dégradation de 2.000 tonnes de nitrate d’ammonium stockées depuis des années dans le port.

Selon le chef de l’Etat, qui est un allié du Hezbollah, aucune arme du mouvement chiite pro-iranien n’était stockée dans le port.

“Impossible, mais des événements aussi graves que celui-ci agitent les esprits et stimulent l’imagination”, dit-il, interrogé au sujet de l’hypothèse d’un responsabilité du Hezbollah, tout en assurant que cette “cette piste sera, elle aussi, étudiée”.

“Bien qu’il semble s’agir d’un accident, je veux éviter d’être accusé de ne pas avoir écouté toutes les voix”, ajoute-t-il.

Le cheikh Hassan Nasrallah, chef de file du mouvement dont la milice dispose d’un véritable arsenal, a lui aussi assuré qu’aucune arme n’était entreposée dans le port de Beyrouth et affirme que l’explosion est due à un sabotage israélien.

Giulia Segreti, version française Jean-Philippe Lefief, édité par Myriam Rivet

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up