for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Économie

Lagardère: Nouvelle feuille de route, le mandat d'Arnaud Lagardère prolongé

PARIS (Reuters) - Lagardère a annoncé lundi la mise en oeuvre d’une nouvelle “feuille de route stratégique” et une évolution de sa gouvernance mais son conseil de surveillance a prolongé de quatre ans le mandat de gérant en commandite d’Arnaud Lagardère, dont la gestion est contestée par une partie des actionnaires.

Lagardère a annoncé lundi la mise en oeuvre d'une nouvelle "feuille de route stratégique" et une évolution de sa gouvernance mais son conseil de surveillance a prolongé de quatre ans le mandat de gérant en commandite d'Arnaud Lagardère (photo), dont la gestion est contestée par une partie des actionnaires. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

Ces annonces interviennent moins d’une semaine après l’alliance surprise entre le très critique fonds activiste Amber Capital, deuxième actionnaire du groupe d’édition, de médias et de boutiques d’aéroport avec 20% du capital, et le premier, Vivendi, propriétaire de 23% des actions.

La nouvelle stratégie, précise Lagardère dans un communiqué prévoit entre autres la mise en oeuvre d’un “plan de performance opérationnelle” et une adaptation du modèle concessif pour les activités de “travel retail” et elle confirme le statut de “moteur de puissance” de la branche Lagardère Publishing.

“L’accélération du développement de ces deux piliers doit être accompagnée d’une agilité managériale accrue et d’une allocation du capital prudente, dans un contexte macro-économique qui reste fragile”, poursuit le communiqué.

Il ajoute que le groupe veut gérer ses autres activités “de façon à en optimiser la valeur”, sans plus de précision.

Le conseil, poursuit le communiqué, a aussi validé la création d’un conseil de gérance, constitué des membres de l’actuel comité exécutif et d’Arnaud Nourry et Dag Rasmussen, les dirigeants respectifs de Lagardère Publishing et Lagardère Travel Retail.

Ces derniers participeront désormais activement au pilotage stratégique.

Enfin, le conseil de surveillance a affirmé son “attachement à l’intégrité du groupe” et fait part de sa “vigilance accrue face aux tentatives de déstabilisation de sa gouvernance” et “aux velléités de démantèlement de ses activités”, précise le communiqué.

En annonçant la conclusion un pacte d’actionnaires le 11 août, Amber et Vivendi ont précisé vouloir demander la tenue “le plus tôt possible” d’une assemblée générale.

Leur alliance a été perçue comme la rupture définitive entre Arnaud Lagardère et Vincent Bolloré alors que ce dernier avait auparavant affiché son soutien à l’héritier de Jean-Luc Lagardère, le fondateur du groupe.

L’un des principaux enjeux du dossier porte sur la structure de gestion en commandite qui permet à Arnaud Lagardère de contrôler l’ensemble des activités du groupe alors qu’il ne possède que 7% du capital.

Une tentative d’Amber pour mettre fin à cette situation avait été repoussée en mai grâce à un front commun auquel s’était associé Vincent Bolloré.

Mais peu après, un autre poids lourd du monde des affaires, le PDG du géant du luxe LVMH, Bernard Arnault, a pris une participation d’environ 25% dans Lagardère Capital & Management (LCM), la société holding d’Arnaud Lagardère.

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up