for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
À la une

Manifestation monstre à Minsk, le Kremlin prêt à une aide militaire

MINSK (Reuters) - Des dizaines de milliers de Biélorusses se sont rassemblés dimanche à Minsk pour accentuer la pression sur le président Alexandre Loukachenko, réélu il y a une semaine au terme d’un scrutin jugé truqué par les opposants.

Slideshow ( 2 images )

La manifestation monstre qui a rempli les grandes artères de la capitale biélorusse a rassemblé au moins 200.000 personnes, selon l’estimation d’un journaliste de Reuters.

Après une semaine de contestation pendant laquelle deux manifestants ont été tués et des milliers d’autres arrêtés, les Biélorusses ont scandé “Loukachenko démission” en brandissant le drapeau biélorusse.

Alexandre Loukachenko, à la tête de la Biélorussie depuis 26 ans, s’est une nouvelle fois entretenu dimanche avec son homologue russe Vladimir Poutine.

Appelant ses partisans à “se battre pour l’indépendance de la Biélorussie”, Loukachenko a nié tout trucage de l’élection présidentielle et rejeté la tenue d’une nouveau scrutin, réclamé selon lui par la Pologne, la Lettonie, l’Ukraine et la Lituanie.

Dans un discours prononcé dans le centre de Minsk devant quelques milliers de fidèles, il s’est en revanche dit prêt à mener des réformes si ses compatriotes le demandent.

“Je ne vous ai jamais trahis et je ne le ferai jamais”, a déclaré le chef de l’Etat âgé de 65 ans.

Alors que Loukachenko a accusé dans son discours l’OTAN d’être “aux portes” de la Biélorussie, le ministre lituanien de la Défense, Raimundas Karoblis, a déclaré que son pays ne représentait aucune menace pour la Biélorussie et évoqué la tenue d’exercices militaires de l’Alliance atlantique prévus de longue date.

C’est depuis la Lituanie, où elle a trouvé refuge, que la chef de file de l’opposition, Svetlana Tikhanoskaïa, a appelé à la grande “Marche pour la liberté” qui s’est tenue dimanche à Minsk.

Le Kremlin a indiqué que Vladimir Poutine avait informé Alexandre Loukachenko que la Russie était prête à fournir une aide militaire à la Biélorussie dans le cadre des accords de défense qui lient les deux pays, si cela s’avérait nécessaire.

Moscou a accusé des pays étrangers de chercher à déstabiliser la Biélorussie, sans dire lesquels.

Le pape François a appelé de son côté dimanche au respect aux droits et à la justice en Biélorussie, ajoutant suivre de près la situation.

Les Etats-Unis ont indiqué samedi être en contact avec l’Union européenne (UE) sur la situation en Biélorussie. L’UE se prépare à imposer de nouvelles sanctions à la Biélorussie en réponse à une violente répression des manifestations.

Avec Vladimir Soldatkin et Anastasia Teterevleva à Moscou, version française Matthieu Protard et Tangi Salaün

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up