July 28, 2020 / 9:38 AM / 12 days ago

Nucléaire: Lancement de l'assemblage du "puzzle" du réacteur Iter

PARIS (Reuters) - Le projet de réacteur de recherche civil à fusion nucléaire Iter a atteint mardi un nouveau jalon avec le lancement officiel de son assemblage, une phase qui doit durer quatre à cinq ans avant la mise en service opérationnelle de l’installation expérimentale.

Le projet de réacteur de recherche civil à fusion nucléaire Iter a atteint mardi un nouveau jalon avec le lancement officiel de son assemblage, une phase qui doit durer quatre à cinq ans avant la mise en service opérationnelle de l'installation expérimentale. /Photo d'archives/REUTERS/Jean-Paul Pelissier

Plusieurs responsables du projet étaient présents sur le site de Saint-Paul-Lez-Durance (Bouches-du-Rhône) pour célébrer cette étape supplémentaire vers un test grandeur nature de la fusion nucléaire, prévu pour 2035.

“Imaginez que l’expérience soit concluante, qu’elle puisse trouver demain des applications industrielles ! Nous aurons mis au point là une énergie non polluante, décarbonée, sûre et pratiquement sans déchets, qui permettra tout à la fois de répondre aux besoins de toutes les zones du globe, de relever le défi climatique et de préserver les ressources naturelles”, a déclaré Emmanuel Macron dans un message vidéo enregistré.

“Avec la fusion, le nucléaire peut être une filière d’avenir, encore plus qu’il ne l’est déjà”, a ajouté le président de la République.

Au cours des derniers mois, de nombreux éléments particulièrement complexes et massifs de la machine Iter, appelée “tokamak” et qui comptera plus d’un million de composants, ont été livrés sur le site.

“Nous savons que la partie la plus difficile est devant nous. Construire cette machine pièce par pièce sera comme assembler un puzzle géant tridimensionnel dans un calendrier complexe”, a souligné Bernard Bigot, le directeur général d’Iter, lors d’une conférence de presse.

Iter vise à démontrer que la fusion nucléaire - entre le deutérium et le tritium, deux isotopes de l’hydrogène -, obtenue à partir d’un plasma porté à une température de l’ordre de 150 millions de degrés Celsius, peut être utilisée comme source d’énergie à grande échelle et non émettrice de CO2 pour produire de l’électricité.

L’équipement expérimental reproduirait ainsi les réactions de fusion de l’hydrogène qui ont lieu au coeur du soleil et des étoiles, convertissant une infime masse de matière en une quantité d’énergie considérable.

L’agence internationale constituée pour bâtir Iter (“le chemin” en latin) rassemble 35 pays : ceux de l’Union Européenne (45% du financement), le Japon, la Chine, l’Inde, la Corée du Sud, la Russie et les Etats-Unis (9% du financement chacun).

Les membres de l’agence contribuent essentiellement au projet “en nature”, c’est-à-dire en fournissant les éléments de la machine, dont le coût est estimé à quelque 20 milliards d’euros contre cinq milliards environ à l’origine.

La première expérience de plasma non nucléaire produit par Iter est prévue pour fin 2025, puis, après dix ans de retour d’expérience, un plasma nucléaire devrait être testé dans le but de valider la production d’énergie.

Benjamin Mallet, édité par Blandine Hénault

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below