for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
À la une

Madrid tancé par l'ONU sur le traitement des cueilleurs de fruits

Un migrant arrivé du Maroc au bidonville de l'Hoyo, à Nijar, en Andalousie. Un haut-responsable de l'Organisation des Nations unies a reproché aux autorités espagnoles de laisser les travailleurs saisonniers recrutés pour la cueillette de fruits vivre dans des conditions "inhumaines" et potentiellement dangereuses pour leur vie, après trois incendies dans des bidonvilles en Andalousie. /Photo prise le 30 avril 2020/REUTERS/Juan Medina

MADRID (Reuters) - Un haut-responsable de l’Organisation des Nations unies a reproché aux autorités espagnoles de laisser les travailleurs saisonniers recrutés pour la cueillette de fruits vivre dans des conditions “inhumaines” et potentiellement dangereuses pour leur vie, après trois incendies dans des bidonvilles en Andalousie.

Les feux ont touché des camps installés autour de la ville de Huelva pendant cinq jours la semaine dernière, faisant au moins quatre blessés, ont déclaré sur Twitter les services de secours de la région, située dans le sud du pays.

Les pouvoirs publics locaux doivent de toute urgence améliorer les conditions de vie “déplorables” auxquelles sont confrontés les ramasseurs de fraises avant qu’il n’y ait des victimes, a mis en garde Olivier De Schutter, rapporteur spécial des Nations unies sur l’extrême pauvreté et les droits humains, dans un communiqué.

“Cette réalité des incendies et des conditions inhumaines dans les bidonvilles ne peut plus être tolérée”.

Souvent sales et dangereux, dépourvus d’eau, d’assainissement et d’électricité, ce type de camps fait office de logements pour les travailleurs saisonniers ramasseurs de fruits depuis de nombreuses années en Espagne.

“La situation se dégrade de façon alarmante chaque jour, aggravée par la pandémie de Covid-19”, a souligné le rapporteur spécial.

Jeudi, le ministère de la Santé a reconnu que les conditions de vie et de travail rendaient ces travailleurs saisonniers particulièrement vulnérables au coronavirus.

Clara-Laeila Laudette, version française Gwénaëlle Barzic

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up